Pour mes amis Jean-Claude Michaux et Jacques-Francis Rolland

    De gauche à droite : Jules Sadoughi (dans le rôle de Daniel Cordier), et Eric Caravaca (dans le rôle de Jean Moulin).

    Serait-ce le fait que je sorte moins ? Certainement. Une chose est sûre : je regarde beaucoup la télévision. Bonheur, l’autre soir, de tomber nez à nez avec le téléfilm Alias Caracalla, au cœur de la Résistance, œuvre d’Alain Tasma, sur un scénario de Georges-Marc Benamou, Daniel Cordier et Raphaëlle Valbrune, un drame historique diffusé pour la première fois en 2013 ; je l’avais vu alors avec un vif plaisir. L’œuvre, divisée en deux épisodes (Les Rebelles du 17 juin et Rex (Jean Moulin), mon patron) s’inspire du récit de Daniel Cordier, compagnon de la Libération. Au cours de la première partie, celui-ci rallie la France libre dès juin 1940 après qu’il a entendu le discours de Charles de Gaulle ; dans la seconde, on le suit, dans son rôle de secrétaire de Jean Moulin, ce jusqu’à juin 1943. L’œuvre est attachante ; c’est indiscutable. Le scénario est précis, didactique sans être trop pesant, trop péremptoire ; il est servi par une théorie de comédiens issus d’un casting cohérent : Jules Sadoughi (Cordier), Eric Caravaca (Moulin), Julie Gayet (Marguerite Moret ; bien meilleure ici que sur le siège arrière du scooter présidentiel), Nicolas Marié (Bidault), etc. Cette fois, j’ai regardé ce téléfilm avec un œil autre. Je traquais l’écran avec l’espoir d’y voir apparaître celui que Roger Vailland, compagnon d’armes de Cordier dans la Résistance, à Lyon, nommait Rodrigue : mon ami, le regretté Jacques-Francis Rolland. J’interromps l’écriture de cette chronique pour me rendre dans ma bibliothèque aussi bien rangée que la chambre de l’hôtel « A la ville de Courtrai », à Bruxelles, occupée par Paul Verlaine et Arthur Rimbaud le 10 juillet 1873. Seuls les opus de mes auteurs cultes y sont classés. J’en extrais Drôle de jeu, de Roger Vailland, publié chez son éditeur d’origine Buchet/Chastel, précieux ouvrage à la couverture couleur de cédrat, qui me fut offert par Féline, mon ex-épouse, au matin du Noël de 1982. Ce sublime roman, le texte le plus lucide, le plus juste, le plus vrai qui fût écrit sur la Résistance au sortir de la guerre (et je ne dis pas ça parce que l’auteur évoque la gare de triage de Tergnier à la page 29 !). Vailland nous raconte sa Résistance aux côtés de Caracalla-Cordier et Rodrigue-Rolland dans un Lyon où l’essentiel de la presse française s’était replié. L’écrivain y rappelle de Cordier militait à Action française avant la guerre. (J’ai en commun avec Vailland d’aimer la noblesse patriote qui a fait la France, et de mépriser la bourgeoisie affairiste qui l’a toujours vendue aux ennemis.) Il y a dans ce roman des passages d’une limpidité éclairante. Page 89 : « En ce moment, les hommes de droite (C. – N.D.L.R. : Caracalla-Cordier – était camelot du roi en 1939) sont déchirés par la nécessité de combattre les fascistes dont ils approuvent la politique intérieure ; les hommes de gauche, par l’apparente contradiction entre leur antimilitarisme, leur pacifisme (« Prolétaire de tous les pays, unissez-vous ! ») et la nécessité de combattre l’armée allemande. » Rodrigue n’apparaît pas physiquement dans le téléfilm, mais il y est tellement présent. Jacques-Francis Rolland, mon ami, me manque, comme me manque déjà mon ami Jean-Claude Michaux, homme de culture, de théâtre et de littérature, humaniste généreux, qui nous a quittés en début de semaine. Je lui dédie cette chronique lui qui n’en manquait pas une.

                                              Dimanche 14 avril 2019.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le moral? Dans mille ans, ça ira mieux

    L’humeur. Le moral. Tout un programme. Il y a peu, je l’avais dans les ...

    Adieu Philips, je t’aimais bien, tu sais…

            Coïncidence? Je ne le crois pas. Dans ma précédente chronique, ...

    Sébastien Cauet change mes piles pendant nos rêves d’Aisne

      L’autre jour, dans les bureaux de Be Aw Sébastien Cauet, un Picard qui ...

    Une fuite pour oublier l’indicible

       Francine a connu l’horreur du nazisme. Elle déambule pour moins souffrir. Marianne Maury ...

    Sublime, tout simplement !

                                         «Near Death Experience», dernier film de Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Michel ...

    Naufrage dans une coupe de pinot meunier

          La vieillesse est un naufrage. Plus moyen de savoir ce que j’ai bu ...