Pour ne jamais oublier le sergent El Raso

    Dans le verger du château de Tilloloy, la pierre tombale du sergent El raso, celui que Blaise Cendrars surnomme Rossi dans son récit “La main coupée”.

    C’est à chaque fois un grand plaisir de signer mes livres dans le cadre du salon du livre du 1er-Mai, au château du Tilloloy, à l’occasion de la Fête du muguet (la 23e, cette année). Tilloloy. Cela ne manqua pas : je me mis à penser à Blaise Cendrars à son récit La main coupée ; il  se déroule, pour presque moitié, au château où le célèbre poète légionnaire combattit en 1915. Alors que j’évoluais dans l’immense parc, je croyais le voir débouler, pipe au bec, gouaille de Parigot mâtinée d’accent suisse de La Chaux-de-Fonds. Il me fut impossible de repartir sans filer dans le potager pour y redécouvrir, près de la serre, contre un mur sur lequel courait encore, il y a peu, un vieux poirier, la pierre tombale d’El Raso, sergent espagnol engagé au 3e Régiment de marche du 1er Bataillon étranger, mort pour la France le 13 mai 1915. Cette inscription est gravée dans la pierre blanche, peut-être de la main droite de Cendrars (il la possédait encore avant qu’elle ne fût fauchée par la mitraille, quelques mois plus tard lors de l’attaque de la Ferme Navarin, près de Suippes, dans la Marne) ; on ne le saura jamais. J’avais découvert ce bel hommage mural il y a plus de douze ans, à la faveur d’un reportage effectué au château en compagnie de ma grande Didiche de Lou-Mary. J’avais écarté les branches du poirier. Et j’avais failli défaillir de bonheur. Comme si j’avais découvert le trésor d’un temple inca. Je repensais aux pages de Cendrars qui, dès le début du livre, évoque El Raso qu’il surnomme Rossi. Il en fait un Italien. Il le surnomme « le bon géant ». Une baraque d’un mètre quatre-vingt-quinze qui écrivit directement à son colonel afin qu’il fît creuser plus profond les tranchées de Frise car, à cause de sa stature, il craignait de se faire dézinguer par les snippers fridolins. El Raso-Rossi termina sa vie au fond de son trou, où il s’était planqué pour engloutir, tel un ours, ses provisions car le lendemain il devait filer en permission. Le Blaise a ces mots terribles : « Un peu après minuit, juste après la relève des sentinelles, une patrouille allemande, comme cela arrivait de temps en temps, nous lâcha une volée de grenades au petit bonheur et l’une d’elles éventra Rossi. Quand nous accourûmes, il ne vivait déjà plus. Notre ahuri s’était vidé dans sa gamelle. » Sur le salon, j’eus le plaisir de retrouver quelques amis écrivains.

    Alain Lebrun dans son superbe costume rétro.

    Alain Lebrun, magnifique dans son costume très XIXe siècle. Il venait signer son dernier roman Les yeux d’Anna cillaient encore (éd. BOD) ; il m’annonça qu’il sortira, sous peu aux éditions Marivole, un nouveau roman La demoiselle de la colline oubliée et un autre Comme un p’tit coq’licot qui, dit-il, attend encore son éditeur. Il prépare aussi une biographie d’André Slonski, un Picard, « un type hors du commun », religieux, ex-missionnaire, passionné par le moteur à hydrogène.

    Marie-Christine Collard.

    Autre rencontre : celle de l’écrivain Marie-Christine Collard (et de son mari Dominique), de Lille, auteur de deux romans aux éditions Noir au blanc, de Carpentras : Répliques, en 2017 et Fugu, en 2018. Le premier lui valut notamment le Prix du Lions club du Nord, et le Prix littéraire du salon de Bapaume.

    L’élégant Claude Tillier.

    Claude Tillier m’annonça qu’il publierait, dans quelques jours, un conte, La fille au grain dans l’œil (éd. Engelaere) en compagnie de l’illustratrice Anne-Claire Giraudet. J’allais ; je discutais. Mais mon esprit était tout occupé par le bruit assourdissant des grenades allemandes qui éventrèrent, en mai 1915, le pauvre El Raso-Rossi qui ne profita pas de sa permission bien méritée.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La nuit folk d’un atmosphériste

           Mes détracteurs affirment que je pourrais travailler à la Météo. Ils ...

    Les Kinks au pays des Coudriers

        Les averses de mars sont agréables; elles sont souvent douces, tièdes. Elles ...

    Thomas l’au(to)dacieux aime le barbecue

      Thomas Morales, bretteur devant l’Éternel, sort un «Éloge de la voiture» et défend ...

    Le roman d’un déserteur

    Stéphane Hoffmann nous régal e en dépeignant une tribu joyeuse, tendre et pathétique. À ...

    Le Dr Bellette opère ma radio Philips

              J’avais consacré l’un de mes dernières chroniques à ma ...

    Cette France en noir et blanc qui nous manque

      Le film Les Vieux de la vieille, de Gilles Grangier (1960) a été ...