Résistance fer contre le président des riches!

         

    Kamélectric sur scène au Capuccino, à Amiens.

    J’étais arrivé au Capuccino par hasard. Il faisait à peine nuit. Le trio Kamélectric donnait un concert. Je reconnus tout de suite l’ami Louis Noble, saxophoniste et guitariste, qui fut aussi barman au Bar du Midi (BDM). Il n’avait pas son pareil pour me servir l’une de mes bières préférées: la Cadette (année de création: 2016; style: bière de tradition française; fermentation: basse; une création de la brasserie Castelain, de Bénifontaine, dans le Pas-de-Calais; voilà pour la publicité; M. Castelain, vous pouvez me faire parvenir trois canettes, discrètement, à mon nom au Courrier picard, 29, rue de la République, 80000 Amiens; nous saurons quoi en faire). Louis est le fils de Philippe Noble, ancien directeur du réseau franco-néerlandais de l’enseignement supérieur et de la recherche, et éminent traducteur du néerlandais. (Il a notamment traduit l’écrivain Cees Nooteboom.) Louis, lui (c’est facile à écrire, mais difficile à prononcer, Louis, lui) traduit ses émotions par la musique. Ça lui réussit plutôt bien. La preuve: le fantastique concert de Kamélectric ce soir-là. À ses côtés, un percussionniste-batteur, Sébastien Dault, aussi vif et habile que B.J. Wilson, l’inoubliable drummer de Procol Harum, symphonistes des peaux, magicien des toms, ébouriffeur de cymbales, éventreur de grosses caisses. Sébastien: aussi vif et habile qu’un caméléon en train de choper une mouche avec sa langue longue (c’est facile à écrire mais difficile à prononcer, sa langue longue). Du caméléon, il en est beaucoup question ici. Le nom du combo, d’abord, y fait directement référence. Ensuite, Sébastien n’hésite pas à recouvrir son visage d’un masque caoutchouté de caméléon, ce qui produit à la fois un effet hilarant et inquiétant. Le trio doit également beaucoup à Gus qui passe avec brio des petites percussions, au sitar et aux claviers. Ensemble, ils produisent une musique inouïe, puissante, géniale, bouillonnante et indéfinissable. On y découvre des bases rythmiques et ses sons africains, des accents de funk torride, de jazz fusion perché et de progressif bourré au mezcal du rock’n’roll. (Cela me fit penser aux puissantes envolées de Van der Graaf Generator et de King Crimson.) Van der Graaf et King Crimson: j’écoutais ces groupes au tout début des seventies. J’avais les cheveux longs, bouclés, et ressemblais à une manière de Louis XIV à la ridicule perruque anthracite. J’allais tous les matins, par le train de 7h16 (le Dijonnais) à Saint-Quentin pour me rendre au lycée Henri-Martin. Je portais une veste de velours côtelée de couleur chocolat qui avait appartenu à mon grand-père Alfred, ancien poilu de la Somme, et ancien cheminot. Je portais également un béret basque bleu nuit qui appartenait à mon père, prénommé Alfred, lui aussi. Je revois mon père partir, les matins d’hiver enduits de brume humide et grasse, vers son boulot, empruntant la passerelle de Tergnier. Il portait un imperméable mastic, pas un loden, non. Je revois mon grand-père courbé dans le jardin, en train de biner le potager. C’était des cheminots. «Des privilégiés», insinuerait aujourd’hui le président des riches qui veut privatiser la SNCF, notre maison-mère, et broyer le statut avec ses minuscules avantages, avantages gagnés au prix de luttes terribles. Cheminots, je suis à vos côtés. On en a vu d’autres. Ce n’est pas un jeune président ultralibéral et providentiel qui nous fera déposer les armes. Résistance fer! Vive Longueau, Tergnier, Saint-Pierre-des-Corps…

    Dimanche 8 avril 2018.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    WOUAHWOUAH
    1
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lacoche à la galerie Pop up, à Amiens

    Lacoche, lors du lancement de son livre, Les Dessous chics (éd. La Thébaïde), à ...

    Un delirium très chaud et rock

          Ce soir-là, je n’avais pas vraiment envie de rentrer chez moi. ...

    Merlieux l’enchanteur dans la douceur de l’automne

      Ah! la Fête du livre de Merlieux!… Que du bonheur! J’y suis invité ...

    Coup de foudre pour une limace

           Mardi. Il est cinq heures du matin. Suis au lit, éveillé, ...

    Noël au pays de l’enfance

    Lectrice, tu vas te réjouir. Je n’ai pas que des ennemis, n’en déplaise à ...

    Sous la neige de la pensée unique, le sang des morts

    Il neigeait sur Amiens, comme il devait neiger sur Berlin, ou sur Göttingen. Sur ...