Couture : un album qui fera date

    Lafayette restera, sans conteste, l’un des meilleurs albums de CharElie Couture. La même force poétique, bluesy et émotionnelle que Pochette surprise (Island, 1981) et Poèmes rock (Island, 1981), quand il s’appelait encore Charlélie Couture, qu’il habitait Nancy et que des photographes l’immortalisaient dans son jardin enneigé au côté d’une vieille voiture. Depuis, l’eau du Madon a coulé sous les ponts. Il partit un jour pour New York, séjourna en Australie où sa sœur avait choisi de s’exCharlElie Couture-Lafayette-Mai 2016iler. Il revient donc avec ce Lafayette enregistré en Louisiane. Treize chansons gorgées de blues, de musique cajun. «Un jour les anges», est une chanson sublime, subtile, inoubliable. «Annie, ma tite amie» et «Chanson en sous-sol» aussi. Et quelle bonne idée qu’avoir repris «House of the Rising Sun» («Maison du Soleil Levant»), chère à Eric Burdon et à Johnny Hallyday. Zachary Richard laisse traîner sa voix et son harmonica suave. Que du bonheur.

    PHILIPPE LACOCHE

    Lafayette, CharlElie Couture. Fontana-Mercury-Universal.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le plus français des chanteurs anglais sur la terre de nos amis alliés

    Murray Head sera la tête d’affiche de l’Overdrive Festival, ce samedi 15 octobre, à ...

    Féloche siffle le silbo couramment

    Ce chanteur presque picard, ancien punk, rend hommage dans son dernier disque, au silbo, ...

    Camille me fait chanter

      Elle est talentueuse, singulière, bien allumée. Camille a donné, jeudi soir, un concert ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Murielle au coeur de l’Homme Murielle Compère-Demarcy poursuit son travail de poète avec constance ...

    Sly, des Rabeats, l’homme qui voulait parler Beatles

    Le chanteur-guitariste des Rabeats sort un remarquable album solo. Du travail d’orfèvre, des mélodies ...