Fred Alpi ou le rockabilly frais et novateur

     

    Fred Alpi, chanteur, musicien. Mai 2011.

    L’ancien Picard Fred Alpi ou le rockabilly frais et novateur Cet artiste étonnant, en constante recherche, après être passé par le punk, la chanson, la musique expérimentale, propose un CD très rock’n’roll.Superbe.  

     

    Etonnant Fred Alpi! L’ex-Amiénois, aujourd’hui Parisien après avoir été Berlinois et, surtout, citoyen du monde, après aussi avoir sorti un album de chansons engagées et donné dans un rock dépouillé et expérimental, revient, en compagnie du groupe Angry Cats, avec un excellent album à la fois traditionnel et novateur tissé un rock’n’ et d’un rockabilly du meilleur cru.Entretien.

    The Angry Cats propose un rock’n’roll à la fois très traditionnel et, en même temps (et ça peut paraître paradoxal) très novateur. Novateur dans le son, dans l’atmosphère. Comment avez-vous fait pour arriver à ce résultat?

    C’est le résultat de nos parcours. Sur le plan musical, un rockabilly réinventé par trois musiciens qui ont joué d’autres musiques au cours de leur vie (punk-rock, blues, chanson ou même musique expérimentale). Et un choix d’enregistrement très traditionnel, c’est-à-dire avec tous les instruments ensemble, comme en live, mais avec du matériel de qualité et en utilisant les technologies d’aujourd’hui. Et la patte de Tristan Mazire, notre ingénieur du son.

    Votre précédent album était fait de chansons en français. On vous retrouve avec quatre chansons tissées de rock’n’roll et de rockabilly. Pourquoi ce grand écart?

    Ce n’est pas un grand écart, je suis profondément internationaliste, et j’ai toujours écrit en plusieurs langues (français, anglais, allemand, suédois). Si mes quatre albums solo sont en français, c’est parce que le style s’y prête mieux. Le rockabilly se chante avec plus de plaisir en anglais, de par son rythme et ses sonorités. Ma culture musicale est résolument rock, même quand je joue en acoustique.

    Qu’est-ce que ce genre (rock’n’roll, rockabilly) représente pour vous?

    J’en ai toujours écouté avec plaisir, parce que son swing tonique me donne envie de danser, et que j’admire la virtuosité de certains guitaristes, notamment Brian Setzer bien sûr. Je n’imaginais pas jouer du rockabilly un jour, ça me semblait trop difficile techniquement. Et puis à force de travail, ça m’a révélé beaucoup de choses sur ma voix et mon jeu de guitare.

    Est-ce que ce genre vous a influencé?

    Pendant longtemps, pas du tout, car je jouais des styles musicaux très binaires et éloignés du rockabilly. Puis il y a quelques années, en travaillant les techniques de guitare du rockabilly (influences country et blues notamment), mon jeu a évolué, et ça s’entend sur mes deux derniers albums solo, acoustiques. Sur les deux premiers, j’ai parfois un son de guitare électrique proche de celui du rockabilly, car j’ai toujours adoré le son du twang, du vibrato et de l’écho.

     Propos recueillis

    par PHILIPPE LACOCHE

    Plus d’infos: Site: www.theangrycats.comFacebook: www.facebook.com/TheAngryCatsYou Tube: www.youtube.com/theangrycatsparisPour écouter: http://theangrycats.bandcamp.com/

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

        Des poids lourds des seventies

    Rétro C Trop: un super-festival, ce week-end, au château de Tilloloy. Ré tro C ...

    François Crimon : coup d’essai, coup de maître

    Le jeune chanteur amiénois, adulé des poulettes, sort son premier album, « Octobre Paris ». C’est ...

    Bebe : girly avec du chien

     Il ne faut jamais être en retard avec les jolies filles .Il est même ...

    Francis Demarcy : l’écrivain racé

    «Fin de race» confirme l’immense talent de ce romancier discret, picard et retiré. La ...

    « Je ne suis pas très underground comme garçon »

    Voilà ce que révèle l’excellent Alex Beaupain dans l’interview qu’il nous a accordée à ...

    La tragique et si rock  aura de Janine

    Olivier Hodasava consacre son sublime premier roman au destin fracassé de Janine, clavier de ...