Le rêve de l’enfant Tassart

    Ce week-end, au château de Tilloloy, le festival Rétro C Trop reçoit notamment Stray Cats et Midnight Oil.

    Les Négresses vertes.
    Les Innocents.

        Un lieu magique et si français; un petit garçon émerveillé; une certaine idée du rock’n’roll. Tel pourrait être le pitch – ou les mots-clés – de cette magnifique aventure qu’est le festival Rétro C Trop. Le petit garçon se nomme Philippe Tassart, aujourd’hui bouillonnant patron de la société de production Ginger. Enfant du pays, de ce Santerre presque isarien, il a à peine dix ans quand il passe et rêve devant le château de Tilloloy où la Belle au Bois dormant eût pu y rencontrer son prince. Sait-il que, faute de Belle, sont passées ici des célébrités (notamment Louis XIV, Jean Marais et son mentor Jean Cocteau) car la famille d’Hinnisdäl sait recevoir? Sait-il aussi qu’ici, en 1915, l’immense écrivain et poète Blaise Cendrars combattit avec sa bande de légionnaires et mena la vie dure à nos bons amis d’Outre-Rhin? (Il raconte cette épopée dans son récit devenu culte: La Main coupée; éd. Folio.) Le petit Philippe se dit qu’un jour il fera quelque chose de grand dans le parc de cet édifice. Cela se réalisa le 25 juin 2016, avec la première édition du festival Rétro C Trop. Un titre qui d’emblée, annonce la couleur: l’événement, éminent clin d’oeil aux si rolling stoniens Téléphone, sera rock ou ne sera pas. Et notre Tassart national y ajoutera un brin de nostalgie, de sa propre nostalgie, invitant des groupes qui encore, adolescent, l’avaient fait rêver du temps où il faisait le DJ dans la boîte de Gury (Oise), aux côtés du regretté Jeannot. Ainsi, il programmera en particulier ZZ Top, Thiéfaine, Jethro Tull, Scorpions, les Stranglers, les Beach Boys, Pretenders, Trust, Sting, etc.; rien que des pointures!

    «Éventré par une grenade boche.»

    Les Zombies.
    Popa Chubby.

    Cette année encore, pour la quatrième édition de l’événement, il balance du lourd. Le samedi, les Stray Cats (la bande de Brian Setzer est, dit-on, plus en forme que jamais!), Midnight Oil (le clan de l’Australien Peter Garret, écolo, pacifiste et antinucléaire, n’a plus rien à prouver, si ce n’est nous donner le meilleur de lui-même), les vieux et délicieux Zombies, créateur du tube mondial «She’s Not There»), les Négresses vertes (fleuron de la scène alternative française des eighties), sans oublier les sublimes et rockabilly Nordistes The Spunyboys, et les doux, folk et précis The Shiels, ex-Sons of The Desert. Le dimanche, du lourd, toujours: Tears for Fears, UB 40 featuring Ali Campbell & Astro, The Dire Straits Expérience, les Innocents et Popa Chubby. Superbe!

    Et après tout ça, pour profiter à fond du lieu, demandez donc à la marquise d’Andigné, propriétaire des lieux ou à son sympathique régisseur, de vous faire une petite visite du potager. Sur un mur du fond, au pied d’un ancien poirier en espalier, vous découvrirez la pierre tombale d’El Raso, celui que Cendrars surnomme Rossi, dans La Main coupée. Rossi, «éventré par une grenade boche» alors que l’hercule de l’escouade était en train de se goinfrer dans sa tanière. À Tilloloy, ce week-end, rock’n’roll, littérature et Histoire feront bon ménage. La France comme on l’aime. PHILIPPE LACOCHE

     

    Ces héros régionaux

    Innovation cette année: les prestations de six groupes régionaux, sélectionnés à l’issue d’un tremplin intitulé Heroes. Ainsi, se produiront le samedi Last Night We Killed Pineapple (rock; d’Amiens; concert à 17h45), Loris & The Buskers (influences: Libertines, Hendrix, Nirvana; concert à 19h30), The Swinging Dice (de l’Oise; blues, rhythm’n’blues, rock des années 1950; Matifat et Lippens assurent un max; ce sera le coup de cœur de la rédaction du Courrier picard; concert à 21h45, à ne pas manquer!).

    Dimanche: For The Hackers (des potes d’enfance; premières parties d’Eiffel et de Metronomy; concert à 18 heures), Dépassés (d’Amiens; goût pour la langue française et les rythmiques explosives; concert à 20h15), François Long – notre photo ci-contre- (bassiste des Rabeats; présentera son nouveau projet influencé par Paul Weller, Bowie et les Beatles; concert à 22h15).

     

    Infos C Trop

    Acheter ses billets: sur internet (www.rtetroctrop.fr ou www.ginger.fr) ou au 03 22 89 20 00; ou dans les points de vente habituels.

    Pass 2 jours: 139€ (assis libre) ou 93€ (debout libre). Billet samedi ou dimanche: 77 € (assis libre) ou 54 € (debout libre).

    Ouverture des portes: samedi à 14 heures, dimanche à 12 heures.

    Programme. Samedi 29 juin: 15 heures, The Shiels, 16h30, The Zombies, 18h15, les Négresses vertes; 20h15, Midnight Oil; 22h15, Stray Cats; minuit, The Spunyboys. Dimanche: 15 heures, Popa Chubby; 16h45, les Innocents; 18h45, The Dire Straits Expérience; 20h45, UB 40 featuring Ali Campbell & Astro; 23 heures, Tears for Fears.

     

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

     Patricia Kaas : « Aujourd’hui, tout va bien »

    Elle est venue présenter les chansons de son dernier album éponyme, le mercredi 15 ...

    François Long, des Rabeats : « Le frisson absolu ! »

    Le bassiste des Rabeats est ravi de reprendre l’album « Sgt. Pepper’s » sur scène, et ...

    Albin de la Simone était impatient de jouer à Amiens

    Avant son concert à la Comédie de Picardie, à Amiens, il a évoqué son ...

    L’artisan Emily Loizeau

    Son dernier album Mothers and Tygers est un régal. Et marche très fort. La ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Murielle au coeur de l’Homme Murielle Compère-Demarcy poursuit son travail de poète avec constance ...

    Brillant, il le fut, élégant aussi

    Dany Brillant était invité, hier, par le Courrier picard à rencontrer son public. Soixante ...