Un retour scie… dérant!

    Celui d’un musicos nommé Scieur Z. En stand-by depuis des années, il revient sciesur la scène avec deux CD. Et a aussi plein d’autres projets en vue.

    La scie musicale a une âme. Son son est très mystérieux, planant même et peut-être beaucoup plus épuré que celui du synthétiseur qui a connu ses heures de gloire dans les années quatre-vin

    Renaud Lacoche, dit Scieur Z. Un chanteur-auteur-compositeur étonnant, singulier. Entre pop et rock, il sort deux deux CD d'un coup, et va sortir, sous peu, un livre de ses textes autour du voyage.

    gt. Cet instrument correspond vraiment à mon univers», explique Renaud Lacoche, le sourire aux lèvres.

    Un chimiste musical

    Un univers psychédélique qu’il alimente depuis une trentaine d’années et dans lequel chaque composition devient une aventure sonore à part entière: «Je suis comme un chimiste, mais, moi, je fais mes expériences avec les sons! D’ailleurs les deux CD “Train de vie” et “Scie-né muzik”, plus expérimental, vont de pair avec des spectacles visuels. C’est par exemple un petit film d’animation réalisé avec mes élèves de troisième (N.D.L.R: Renaud est professeur d’arts plastiques dans l’Aisne) pour le concours “Postalents 2009” qui accompagne la chanson “Les passants” sur “Train de vie”.» Des projections balisées de nombreuses références culturelles et cinématographiques qui invitent à faire escale, le temps d’une chanson, dans son parcours de vie: «”Train de vie”, c’est un voyage aux “scies” coins du monde et dans l’univers ferroviaire qui a bercé mon enfance. Je suis né à Tergnier (Aisne), une ville cheminote par excellence. Ma cité du rock. Là où j’ai rencontré Culbuto, un ancien cheminot reconverti en clown, celui qui m’a initié à la scie musicale. Et après j’ai bossé tout seul avec la méthode Keller. Une méthode des années 50!» Et grand bien lui a pris: depuis 28 ans, elle est devenue sa partenaire privilégiée sur scène, osant même le pari fou de l’introduire au sein de la pop rock: «Au fil du temps, j’ai amélioré ma scie, inventant un petit système de sonorisation électrique. Une tige de bambou fixée à la manette d’inflexion surmontée d’un micro-cravate, ce qui me permet de faire les mêmes effets de distorsion qu’à la guitare. Alors oui, c’est peut-être dingue mais la scie se marie très bien avec la pop psychédélique.» Et la preuve: son premier 45 tours sorti en1987 fait un véritable carton! S’en suit une période de démarchage auprès de maisons de disques – «qui n’a forcément été à la hauteur de [SES]attentes mais qui a eu le mérite d’être extrêmement créatrice» – et d’un travail acharné au sein de groupes, de son duo avec Philippe Groulard – «un guitariste et choriste qui s’est installé dans le Sud», puis avec deux musiciens de jazz: «Je me suis remis à la composition en 2009 grâce à mon frère qui voulait mettre en musique des poèmes érotico-pop. Puis en 2010, j’ai accompagné la chanteuse Lou-Mary qui était à l’époque la copine de mon frère.» Un retour artistique qui se concrétise non seulement avec Train de vie et Scie-né musiz mais aussi avec la parution d’un recueil de textes et d’illustrations qui devrait sortir très prochainement.

    BÉNÉDICTE BIOT

    Plus d’informations:

    http://scieurz.online.fr

    “Trains de vie” sur www. upmystore.com

    “Scie-né muzik” sur www.musearecords.com

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Notre Géant est grand

     Exit Bertrand & ; il s’appelle dorénavant Ton Géant et sort un album du même ...

    Le plus français des chanteurs anglais sur la terre de nos amis alliés

    Murray Head sera la tête d’affiche de l’Overdrive Festival, ce samedi 15 octobre, à ...

    Miossec, au comble de sa forme artistique, est à l’eau

        Il évoque son dernier album, ses changements de cap, et ses relations avec ...

    L’élégante mélancolie de François Long

      Cet album, magnifique et poignant, de François Long, n‘est pas né par hasard. Il ...

        Des poids lourds des seventies

    Rétro C Trop: un super-festival, ce week-end, au château de Tilloloy. Ré tro C ...