Ce n’est pas parce que l’amour était le thème du 33e salon du livre et de la BD de Creil que je m’y suis rendu. Non. L’amour, à mon âge: est-ce bien sérieux? Sous les frimas poisseux, humides, pisseux, grisâtres et crades de novembre, je me pose, c’est vrai, la question. Non, ce n’est pas l’amour qui m’a conduit à Creil mais le fait que les organisateurs aient, depuis des années, l’amabilité de m’y inviter comme écrivain, mais aussi comme critique afin d’y animer – avec d’autres consœurs et confrères – débats, conférences et tables rondes.

    Roland Gori (à gauche) interviewé par notre confrère Daniel Muraz. Photo : Philippe Lacoche.

    Lui, je ne l’ai pas interviewé; j’ai seulement fait sa connaissance et j’en suis ravi. J’ai nommé Roland Gori. (Phonétiquement, tout cela rime parfaitement bien.) Psychanalyste, professeur honoraire de psychopathologie, en compagnie de Stefan Chedri il a impulsé, en décembre 2008, la création du mouvement «Appel des appels». (Le but de ce dernier: lutter contre la sécurisation des hôpitaux psychiatriques et contre le dépistage précoce des jeunes délinquants, mesures proposées par le bouillonnant et extrêmement nerveux Nicolas Sarkozy, que notre actuel et si intensément ultralibéral président de la République amiénois aurait tendance à pousser dans l’océan de l’oubli.) Roland Gori lutte aussi contre la norme, la société consumériste. C’est dire si son discours m’a séduit. Le capitalisme et l’ultralibéralisme en prenaient plein à la tronche. Un vrai bonheur.

    Danièle Sallenave. Photo : Philippe Lacoche.

    Un autre moment de bonheur intense: lorsque j’ai interviewé Danièle Sallenave pour son Jojo, le gilet jaune (éd. Gallimard, collection Tracts; Nº5; 3,90€). Depuis le début du mouvement, l’académicienne défend les Gilets jaunes. Nous ne pouvions que nous entendre. Elle vient du petit peuple; elle le revendique. Elle ne comprend pas le mépris affiché par les beaux esprits de l’intelligentsia de la gôche à l’endroit de ceux qui en ont marre de se retrouver le 3 du mois dans le rouge et à qui ont reproché de mettre du gas-oil dans leur voiture quand ils vont bosser, à 6 heures du matin. Il est assez répugnant ce mépris de la gôche non-marxiste pour le peuple. On n’a plus le droit d’aimer son pays sans être populiste; on n’a plus le droit non plus de conspuer l’Europe allemande des marchés; on n’a plus le droit de rien face à ces beaux esprits de la pensée unique. Dans son essai, Danièle Sallenave révèle «l’étendue et la profondeur de la fracture qui sépare les «élites» des «gens d’en bas»…» Jojo, le Gilet jaune est un petit livre à mettre entre toutes les mains.

    Annie Degroote. Photo : Philippe Lacoche.
    Isabelle Rome, magistrat, écrivain. Café L’Aquarium, Paris (XIe). 30 octobre 2012. Photo : Philippe Lacoche.
    Arnaud Le Guern. Photo : Philippe Lacoche.
    Jean-Claude Lalumière. Photo : Philippe Lacoche.
    L’adorable Corine Jamar. Photo : Philippe Lacoche.

    Plaisir également de retrouver Annie Degroote, Isabelle Rome, Arnaud Le Guern et Jean-Claude Lalumière, auteur du remarquable roman Reprise des activités de plein air (éd. du Rocher). Et de faire la connaissance de la délicieuse Corine Jamar, tout droit venue de Bruxelles pour présenter son dernier roman Les replis de l’hippocampe (éd. Bamboo). Elle était ma voisine de table; on a bien ri. Lorsque le dimanche soir, j’ai quitté le salon, il faisait toujours aussi froid et humide. L’envie de voir l’Oise de près me prit. J’eusse pu m’y jeter et nager à contre-courant jusqu’à Condren, tout près de Tergnier, la ville de mon enfant où il fait toujours beau. Je m’abstins: j’avais le dernier roman de Modiano à terminer.

    Dimanche 1er décembre 2019.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dans les quartiers de l’espoir

    Isabelle Rome a recueilli les propos des jeunes de Creil. Elle signait son livre, ...

    Robert Charlebois, Valère, Pierre et quelques autres

    Robert Charlebois et ma pomme, au Drouant, lors du cocktail du lancement du Prix ...

    Les Négresses vertes préparent un live

    Ils étaient sur la scène du festival Rétro C Trop, à Tilloloy, samedi dernier. ...

    Salut, Jean-François !

          C’était une intelligence rare ; c’était aussi un artiste. « Un point de repère dans la ...

    Lacoche, hussard noir dans le vert bocage

    Lectrice, bel animal soumis, jette un oeilci-dessous, tu y découvriras un bel article sur ...

    Henry Miller, le bienheureux en Espagne

    Non seulement vous y découvrirez les aisselles appétissantes et non épilées d’Eve, sa jeune ...