Un casque plat et un merci à Megan et à Kitty

    A Kitty (notre photo) et à Megan, j’avais envie de dire merci. Tout simplement.

         J’aime nos amis alliés; je leur pardonne tout. D’où cela provient-il? De l’enfance, bien sûr. Je me souviens d’une belle matinée d’automne des années 1960 à Tergnier (Aisne). Je devais avoir cinq ou six ans. Je jouais devant chez moi. Le mur, qui soutient aujourd’hui la nouvelle école maternelle Roosevelt (nouvelle? Sa construction doit dater de 1963 ou 1964; j’ai fréquenté l’ancienne qui était à l’aune des autres maisons provisoires de la cité Roosevelt, bâties grâce aux fonds du Plan Marshall: des murs de bitume, des toitures en fibrociment), était en construction. Les maçons de l’entreprise Dugat s’activaient. Une tranchée profonde martyrisait la glaise picarde. Nous aimions nous y cacher. Alors que je me trouvais en compagnie de mes copains Alain Lanzeray et Reynald Nerenoshen, nous trouvâmes un casque plat, rouillé et troué. Nos pères, nos oncles, nos grands frères nous apprîmes qu’il avait été porté par un soldat britannique ou canadien, ou australien. Un allié. Un de ces braves qui étaient venus, au cours de la Grande-Guerre, bouter les hordes teutonnes de nos terres envahies. Un peu plus tard, au pied d’un vieux mur (qui, disait-on, était celui d’une ancienne chocolaterie) de notre même cité, Patrice Mahut, un adolescent bouillonnant, découvrit une grenade à manche. À propos de celle-ci, nos aînés furent formels: «C’est une grenade boche!», firent-ils, un peu effrayés, en tout cas rebutés. Nous en déduisîmes, dans nos petites caboches de gamins ternois des Trente glorieuses, que notre territoire minuscule avait été le théâtre d’affrontements violents. Le soir, avant de m’endormir, j’imaginais que le soldat boche avait balancé sa grenade sur le casque du combattant anglais. Et qu’il avait été lui-même liquidé par l’un des nôtres. Nos bons amis d’outre-Rhin, avant de partir, en 1917, dynamitèrent la ville entière, ne laissant que trois maisons de maître dans le but d’y loger les officiers car ils comptaient bien revenir nous visiter. Ils revinrent effectivement, dès juin 1940. La brutalité prussienne avait été remplacée par la barbarie nazie. L’horreur. Les résistants ternois, cheminots et francs-tireurs, ne se laissèrent pas faire; ils le payèrent très cher. Des gamins de dix-huit ans massacrés comme des lapins. On a beau dire que c’était la guerre; il y a des choses qui ne s’oublient pas. Oui, mon admiration et ma reconnaissance infinie pour nos amis alliés doivent venir de là. Alors, il y a une semaine, lorsque par ce bel après-midi d’hiver j’entendis les frêles mélodies portées par une voix presque enfantine et une guitare à peine électrifiée, j’accourus. J’écoutai. Deux jeunes femmes, Kitty Perrin, 19 ans, étudiante, et Megan Davidson, 23 ans, musicienne, de Brighton, donnaient une aubade rue des Trois-Cailloux, à Amiens, devant une petite foule séduite. Elles avaient décidé de découvrir la France en distillant, de ville en ville, leur talent de folk-women. La vieille, elles avaient joué à La Pomme d’Ève, 1, rue Laplace, dans le Ve arrondissement de Paris; encore avant, elles s’étaient produites à Lille, interprétant des standards du folk (de Simon and Garfunkel, de Bob Dylan, de Leonard Cohen et des Beatles) mais aussi des compositions personnelles. Je les écoutais, les regardais, et me disais que c’était peut-être l’un de leurs aïeux qui avait porté ce casque plat, les pieds empêtrés dans cette glaise de Tergnier maculée de sang; tout cela pour nous venir en aide au nom de l’honneur et de la liberté. À Kitty et à Megan, j’avais envie de dire merci. Tout simplement.

     

    Kitty Perrin.

    Dimanche 24 février 2019.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    TRISTETRISTE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tout ce cinéma

      J’ai regardé une à une toutes les places de séances de cinéma que ...

    A la recherche du foulard perdu

          Ce matin-là, je m’étais levé très tôt. Cinq heures trente du ...

    Corps à coeur ou le diable au corps au coeur de novembre

    L’automne me va bien au teint. Ainsi, j’ai tout pour te plaire, lectrice, mon ...

    Les Kinks au pays des Coudriers

        Les averses de mars sont agréables; elles sont souvent douces, tièdes. Elles ...

    Paris, le Golf Drouot, Régine, Florence…

            J’adore Paris. C’est banal, je sais, mais c’est comme ça. ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Cum Jubilo bientôt à Amiens Alors que l’on célèbre les vingt ans de l’inscription ...