Un texte superbe de Franck Maubert

                          

    Le romancier y parle de son enfance brisée, des poissons, de la nature et de la cruauté d’un père.

    Franck Maubert est né en 1955, à Provins; il vit à Paris et dans le centre de la France. Photo : Philippe Lacoche.

    Comment ne pas aimer ce livre?

    Franck Maubert, l’auteur du bouleversant roman L’eau qui passe (quel joli titre!) y cite cette phrase du remarquable Vladimir Jankélévitch: «Qu’un peuple comme les Allemands soit devenu un peuple de chiens, c’est injurier les chiens car ils n’ont pas inventé les fours crématoires ni pensé à faire des piqûres de phénol dans le cœur des petits enfants.» Imparable.

    Il y va d’une phrase comme celle-ci: «Derrière la maison couve le silence.»

    Maubert y parle si bien de la pêche et des poissons: non seulement, il reconnaît ces derniers à leurs sauts, mais il se fend de cette observation d’une justesse et d’une poésie que les pêcheurs sauront reconnaître: «On aperçoit le fond sablonneux et des barbillons s’y frotter le ventre.» Puis, à propos des anguilles: «Elles oublieront les saveurs de vase et de boue et, une fois franchis les estuaires, connaîtront la salinité des eaux bleues. Elles défieront toutes les lois de l’attraction, embrasseront des continents nouveaux, étreindront des côtes, elles s’uniront dans les abysses, se mélangeront en pelote dans la frénésie sexuelle, nouées en boule, elles seront innombrables.»

    Et, lorsqu’on va vérifier sur Google Maps, que l’adresse du 35, allée Georges-Politzer, escalier E, à Nanterre, existe bien, on se cogne à un immeuble gris, couleur de ciment mouillé comme les imperméables des banlieusards, on se dit que dans ce roman tout sonne vrai. Tout est vrai.

    Quel texte, amis lecteurs! Quel beau texte…

    «Qu’un peuple comme les Allemands soit devenu un peuple

    de chiens, c’est injurier les chiens car ils n’ont pas inventé les fours crématoires ni pensé

    à faire des piqûres

    de phénol dans le cœur des petits enfants.»

    Vladimir Jankélévitch

    Maubert nous y parle de son enfance. De sa famille qui n’existe presque plus. Son père, un ancien malfrat très proche de Mesrine, a disparu dans la nature. Sa mère l’a confié à un couple de Polonais: Imina et Abselm. La génitrice, un beau jour, revient le chercher, ou plutôt l’enlève, l’arrache à ces vieilles personnes bonnes et aimantes. Elle l’installe à ses côtés à Nanterre, au 35 de la rue Georges-Politzer, une banlieue couleur de ciment mouillé, etc. Vie banale, tissée d’ennui; les relations entre la mère et le narrateur sont inexistantes. Bien lui en prend: il découvre Paris. S’ouvre au théâtre, à la littérature, à l’art, et rencontre le si lucide Jankélévitch. Il finira par retrouver son père. Lui enverra un mail. Celui-ci l’enverra bouler en l’appelant «Monsieur» et en le priant de lui foutre la paix. C’est à désespérer de la race humaine ou à préférer le saut des ablettes, dans les étangs français caressés par la douceur du soir. Bouleversant. PHILIPPE LACOCHE

    L’eau qui passe, Franck Maubert; Gallimard; 137 p.; 13 €.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’être ou ne pas l’être

    Cocu. L’excellent Alain Paucard nous rappelle que l’être n’est pas forcément un malheur. Alain ...

    La brise littéraire et le vent de l’Histoire

        La républicaine Danièle Sallenave revient dans son Anjou d’origine, clérical et conservateur. ...

    Un polar qui sent la terrine de lapin et la France qu’on aime

    Entre Simenon et Audiard, Thomas Morales nous livre un succulent deuxième volet des enquêtes ...

    «Soumission»: du grand Houellebecq

    Descendu avant d’être lu, «Soumission» est pourtant un grand livre, une vraie fiction, une ...

    Une fantaisie tellement perchée

             «Les contes du chat perché», de Marcel Aymé, sont réédités ...