Vive le Boléro et vive l’Union soviétique!

    Michel Krauze (à gauche) et Philippe Nowak, à la librairie Cognet. Photo : Philippe Lacoche.

    J’avais lancé, la semaine dernière, un vibrant et très émouvant appel après la perte supposée de mon petit carnet rose Gallimard, à l’emblème du titre d’un des romans (Vingt-quatre heures de la vie d’une femme) de l’un de mes écrivains préférés (Stefan Zweig). Je pensais l’avoir égaré dans l’un des trois bars de ma tournée de dédicaces, Mise aux verres, déclinée en trois lieux Le Bar du Midi (BDM), le Café Chez Pierre et le bistrot Saint-Germain. A l’endroit des deux premiers, je développais peu de soupçons car j’avais fait preuve d’une sobriété exemplaire. En revanche, dans le dernier, je m’étais laissé un peu aller. «J’ai dû le laisser tomber au Saint-Germain», songeais-je, penaud. A moins qu’il ne fût victime du trajet. Un trajet; c’est terrible, un trajet. Ça ne sert pas à grand-chose. On devrait éliminer les trajets de nos pauvres vies de merde. On devrait se téléporter d’un endroit à un autre, d’une femme à une autre, d’une famille (décomposée) à une autre (recomposée), d’un divorce à un autre, en évitant tous ces déplacements inutiles; ces confrontations aux éléments, à la pluie, à la froidure. Et tous ces gens qu’on croise dans les rues. C’est affreux. Bon, j’y viens. Je n’avais pas envie de l’avouer mais Sylvie Payet, dite la Marquise, a vendu la mèche sur Facebook. Mon fichu carnet rose, je ne l’avais pas du tout perdu; je l’avais juste rangé dans l’une des poches de mon pardessus que je n’utilise jamais. J’ai honte. La vieillesse est un naufrage. A ce propos, à la première page dudit carnet, il y a cette phrase de Stefan Zweig : «Vieillir n’est jamais rien d’autre que n’avoir plus peur du passé.» J’ai dû naître vieux car je n’ai jamais eu peur du passé. Au contraire, je l’adore, le passé. Il est doux, amorphe, inoffensif comme un gros chat castré. (Bien sûr que c’était mieux, toujours mieux, avant.) Tout le contraire du présent – fatiguant, éreintant -, et du futur – incertain, flippant, absurde, menaçant, morbide car conduisant, inéluctablement à la mort. Après ce passage empreint de joie et d’espoir, revenons à mes pérégrinations. Je me suis rendu avec un vif plaisir à la librairie Cognet, à Saint-Quentin pour y signer mon dernier roman. M’y attendaient deux vieux camarades très rock’n’roll : Michel Krauze et Philippe Nowak. Nous avons évoqué nos années d’antan.

    Des noms et des visages repassaient dans nos vieilles mémoires, comme des ombres. Raymond Défossé, Jean Poupart, Florence B. Des ombres qui se sont tues. C’eût pu être nostalgique, mélancolique. Ça l’était mais nous étions bien. Les liens de l’amitié génèrent toujours le meilleur. Il en fut de même, quelques jours plus, quand nous nous rendîmes, mon adorable petit Gnou et moi, au Zénith d’Amiens pour assister au Boléro, ballet en deux actes interprété par l’Opéra national de Russie, épaulé d’un orchestre symphonique tout aussi agréablement soviétique. Oui, soviétique. C’était beau, puissant, discrètement érotique. Hommage à Ravel bien sûr, mais aussi à Ida Rubinstein, danseuse russe d’origine juive, née en 1883, mécène, qui, en 1928, commanda le Boléro à son ami Ravel. Mon petit Gnou, ancienne danseuse, n’en perdait pas une miette. Incorrigible, je pensais à Pierre Dac et à Francis Blanche, et fredonnais intérieurement «L’Internationale». En ces périodes où il est de bon ton de fêter les murs qui s’écroulent (pour laisser entrer le pus du capitalisme au nom de la liberté consumériste), chanter à tue-tête mon hymne préféré m’eût conduit à l’échafaud de la pensée unique.

     Dimanche 24 novembre 2019.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    HahaHaha
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Coup de foudre pour une limace

           Mardi. Il est cinq heures du matin. Suis au lit, éveillé, ...

    A la hussarde, et pas que…

         Ma vie est étrange. Je vous contais, à la faveur d’une précédente ...

    Noël au pays de l’enfance

    Lectrice, tu vas te réjouir. Je n’ai pas que des ennemis, n’en déplaise à ...

    Hitler était Juiff

      Bonjour, lectrice, ma fée bronzée, ma possession ambrée, mon habitude dorée. Le marquis ...

    La belle écriture épurée et poétique de Christian Laborde

    Avec « Tina », son dernier roman, il aborde le douloureux et grave sujet de l’épuration ...

    Nostalgie d’automne, couleur de vieil étain

                     Bertrand Lécuyer, ami de longue date, batteur au sein de notre groupe ...