Le brillant jeu des trônes des 5 terres

     Les 5 terres, Cycle 1-Angleon, tome 1: De toutes mes forces, Lewelyn – alias Andoryss, Chauvel, Wong (scénario), Didier Poli (direction artistique), Jérôme Lerculey (dessin), Lucyd (encrage), Martinos (couleurs). Editions Delcourt, 64 pages, 15,50 euros ; édition noir et blanc, 23,95 euros.

    Une civilisation féodale déchirée en différents territoires rivaux, un roi qui se meurt, des intrigues de palais qui n’épargnent personne, des familles qui se haïssent, des amours aux enjeux tactiques et géopolitiques, des morts violentes voire choquantes et un péril de destruction qui menace… Ces 5 Terres ont un petit air de Game of Thrones, mais transposé dans un magnifique univers animalier anthropomorphe assez bluffant.

    Ce premier tome se concentre sur l’île d’Angleon, royaume des félins, ou le vieux roi Cyrus, héros de la bataille de Drakhenor, se meurt. Sans descendant masculin, sa succession s’annonce compliquée. Et ce n’est pas la cérémonie rituelle du pacte de paix et de sang, qui réunit un jeune représentant de chacune des cinq races de ce monde (ours, reptiles, singes, cervidés et félins) qui pourra suffire à ramener le calme. Le neveu Hirus s’affirme comme successeur désigné. Mais brutal et ambitieux, le jeune tigre pourrait lancer le royaume dans une guerre générale pour assoir son pouvoir. C’est ce que craint Miléria, fille aînée du roi qui, pour contrer cela, s’apprête à lier une alliance contre-nature avec l’héritier des ours d’Arnor.

    Et pendant ce temps, d’autres histoires plus individuelles suivent leur cours. Astrelia, la fille cadette de Cyrus va être confrontée à une décision déchirante et This, un jeune félin désargenté tente de se faire enrôler dans la garde royale… dirigée par un capitaine du palais qui semble cacher une profonde névrose.

    Dense, ce premier tome happe pourtant d’entrée. Et l’intrigue, pourtant complexe, se déroule de façon particulièrement limpide, chaque intrigue parallèle venant progressivement étoffer la compréhension de cet univers foisonnant mais, pour l’heure, d’une impeccable rigueur. Et cette maîtrise narrative se double d’un traitement graphique éblouissant, avec une grande finesse de trait et une mise en scène très dynamique.

    De quoi justifier pleinement le “studio” mis en place pour ce projet coordonné par David Chauvel (scénariste éprouvé et éclectique, auteur entre autre d’Arthur et 7 Voleurs avec déjà Lereculey ou de l’étonnant Pretty Little Nightmares). Un projet qui impressionne d’autant plus qu’il ne s’agit pas seulement d’arriver au bout des six albums formant ce “cycle d’Angleon”… mais d’une saga de cinq cycles avec autant d’albums ! Il faudra voir si la qualité se maintient. Mais, en tout cas, ce premier album met la barre très haut. Et la franchit de jolie manière.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Déraison sociale

    Revanche, tome 2: Raison sociale, Nicolas Pothier (scénario), Jean-Christophe Chauzy, éditions Treize étrange / ...

    Bon anniversaire Franquin, en noir et toujours haut en couleur

    Franquin, il était une fois les idées noires, dirigé par Gérard Viry-Babel, éditions Fluide ...

    Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros. Renaud aime bien ...

    Schuiten sur de très bons rails

    La douce, François Schuiten, éditions Casterman, 96 pages, 18 euros. Les rapports entre François ...

    Une autre Voix graphique sur Magda Goebbels

    France 2 a consacré, ce mardi soir, une soirée assez forte à l’instrumentalisation de ...