Mai 68 (2/6): l’éveil au Grand Soir

    La veille du Grand soir, Patrick Rotman (scénario), Sébastien Vassant (dessin). Editions Delcourt-Seuil, 192 pages, 24,95 euros.

    Avec son diptyque Génération (co-écrit avec Hervé Hamon en 1988), Patrick Rotman s’est imposé sinon comme le spécialiste du moins comme le vulgarisateur le plus populaire de Mai 68. Depuis, il est revenu sur le sujet sur tous les supports, en film comme dans le beau (et bon) livre Les années 68 (qui vient d’être réédité par le Seuil, justement). Ici, il traite le sujet pour la première fois en bande dessinée, avec l’appui de Sébastien Vassant (déjà auteur pour sa part de la restitution d’un autre pan de l’histoire française récente, La guerre d’Algérie, avec Benjamin Stora). Mais il s’inscrit dans la veine de la description des tumultes du XXe siècle ouverte par Octobre 17, paru en fin d’année dans cette même collection co-éditée par le Seuil et Delcourt.

    Comme il le précise d’emblée, Patrick Rotman a été un acteur de Mai 68. Il s’en fait le témoin et l’historien ici, reflet de ce qu’il a pu en vivre en tant qu’étudiant à Paris et ce qu’il a pu en comprendre à travers des entretiens avec de nombreuses figures du pouvoir de l’époque.

    Contrairement à la récente Histoire d’un printemps, La veille du Grand Soir se déroule uniquement entre début et fin mai 68 à Paris. Lorsque son personnage principal, un étudiant se retrouve pris un peu malgré lui dans la rafle policière des gauchistes occupant la Sorbonne, le 3 mai. A partir de là, il déroule les événements, vu du côté des leaders étudiants, Daniel Cohn-Bendit, Alain Krivine, Alain Geismar et des activistes du Mouvement du 22 mars, mais aussi dans les coulisses du pouvoir, autour d’un général de Gaulle en train de vaciller et aux relations de plus en plus tendues avec son ambitieux Premier ministre, Georges Pompidou.

    Une double approche, faite de vécu et de souvenirs personnels mais aussi d’un récit historique plus distancié. En haut, en bas mais centré donc sur Paris, le Quartier latin.

    Graphiquement, le dessin de Sébastien Vassant s’avère parfois un brin approximatif dans la physionomie des visages de ces personnages. Et si son style un peu dur et froid, dans des tonalités bistres un peu tristes convenait fort bien à la tragédie algérienne mais qui donne une tonalité bizarrement sombre à un événement qui reste quand même comme un joyeux printemps.

    Comme dans Génération, on pourra reprocher un prisme un peu trop parisien et un peu trop centré sur la seule frange des militants de la JCR. Mais Patrick Rotman revendique honnêtement sa subjectivité dans ce récit romanesque de Mai qui ne manque pas d’intérêt pour saisir le flux et le reflux de cette répétition d’un Grand Soir jamais advenu.

    • Pour être, nous aussi, dans le tempo “commémoratif”, nous évoquons durant toute une semaine, des albums, romans graphiques ou magazines de bande dessinée évoquant Mai 68.
    •  Demain, pour ce troisième épisode, retour en arrière – à mi-chemin de 1968 – avec une histoire d’amour contrarié sur fond de Mai 68 à Paris, revu par Yann et Bodart et exhumé du début des années 1990.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Emmanuel Guibert, élu au troisième tour Grand Prix d’Angoulême

    La troisième fois a donc été la bonne pour Emmanuel Guibert.  Auteur éclectique et ...

    Cachez ce sein…

    Betty Boob, Vero Cazot (scénario), Julie Rocheleau (dessin). Editions Casterman, 168 pages, 23 euros. ...

    Après la mort… la vie continue

    Expérience mort, tome 3: la résurrection de la chair, Valérie Mangin et Denis Bajram ...

    La stabilisation du marché de la bande dessinée se confirme

    Le 17e « rapport Ratier », sur l’état de la bande dessinée en 2016, est paru ...

    Par Crom ! Une nouvelle invasion barbare avec Conan le Cimmérien

     Conan le Cimmérien, la citadelle écarlate, Luc Brunschwig (scénario), Etienne Le Roux (dessin). Editions ...