ROCK Sélection subjective

    Il faut beau mais froid. De plus, on est confiné comme mille vaches de la ferme éponyme. Alors que faire de mieux que d’écouter du rock pour se réchauffer les synapses? Ci-dessous, ma sélection affreusement subjective.

    «Gloria», des Them. Imparable. La voix de Van Morrison râpée par des hectolitres de Guinness et abîmée par les brumes de Dublin. Basse têtue; orgue planant avant l’heure avec son Barbarie (le plan du milieu de la chanson sera piqué par les Doors un peu plus tard); guitare citronnée. Simple comme l’amour; gorgé de rhythm’n’blues. Ça date de 1964 et ça n’a pas pris une ride. Et le fait d’épeler «Gloria», quelle trouvaille. J’adore!

    «Boom Boom», The Animals. Whaou! Ça envoie du bois! Wembley, 1965. Burdon et sa petite bande envahissent la scène et rendent homme à John Lee Hooker avec ce titre phare. Vissé à son micro, costard black très sixties, Eric Burdon, trapu et génial, expulse ici ce que le rock’n’roll prolétarien a fait de meilleur. Les punks de 1976 devaient beaucoup au Them et aux Animals. On ne le répétera jamais assez.

    «No particular place to go», de Chuck Berry. L’archétype même du rock’n’roll. Un hymne au même titre que «Johnny B. Goode». Tout est dans la diction du chanteur à la moustache la plus vicieuse du monde. Ça relève du génie tellement c’est simple, bien et bon. Suis sûr que si le monde entier balançait ça dans toutes les villes de la terre, ce putain de coronavirus se mettrait à danser et nous ficherait la paix.

    PHILIPPE LACOCHE

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La mare aux souvenirs

    À Bovelles, les habitants l’aiment bien, leur jolie mare. Elle les inspire. Ils se ...

    Jagaaan, monstrueuse pêche aux grenouilles 

                xxxxxxxxxxxxxxxxxx  Jagaaan (série en cours), Muneyuki Kaneshiro (scénario), ...

    L’infecte puanteur du nazisme

    Dans un roman magistral, Franz-Olivier Giesbert fait comprendre comment l’ignominie est née en Allemagne. ...

    Anny Orsot en rondelle

     La chanteuse amiénoise Anny Orsot ne manque pas de voix. Elle excelle notamment dans ...

    Mes déambulations dans une ville éventrée

      Depuis que le journal a changé de locaux, je déambule. Je ne cesse ...

    Le petit déjeuner, c’est sacré pour Lili Crochette

    Lili Crochette, tome 3: sacrilège au p’tit déj’, Joris Chamblain (scénario), Olivier Supiot (dessin). ...