Après l’enfer, l’envers de Verdun

    Verdun, tome 3: les fusillés de Fleury, Jean-Yves Le Naour (scénario), Holgado et Marko (dessin). Editions Grand Angle, 48 pages, 14,50 euros.

    Après le début de la bataille, puis le siège héroïque du fort de Vaux, Marko, Jean-Yves Le Naour et Holgado content ici un troisième épisode en lien avec Verdun. Moins connu et surtout moins glorieux, celui des fusillés de Fleury.
    Herduin et Millant étaient deux sous-lieutenants, fusillés sans jugement en juin 19165 dans le village détruit de Fleury-sous-Douaumont. Encerclés par l’ennemi, ils s’étaient lancés dans une charge désespérée – vers l’arrière – pour éviter d’être capturés. Au final, 25 soldats en réchapperont. Mais une fois leur régiment retrouvé, loin des félicitations, ils se voient condamnés à mort pour avoir battu en retraite. Et ce sans même un procès militaire.

    Deux ans après la guerre, la veuve du lieutenant Herduin, Fernande, va entamer un long et acharné combat, elle aussi, pour laver la mémoire de son mari. Elle va s’affronter à l’absurdité kafkaïenne de l’administration (pas de révision possible puisqu’il n’y a eu ni procès, ni archives !). Elle va se tourner, sans résultat, vers le gouvernement, puis tenter de faire éclater la vérité dans la presse – mais sans obtenir de réactions. Même absence de résultats lors d’une interpellation à la chambre des députés 26par un élu communiste. Soutenue par la ligue des droits de l’homme, et conseillée par un avocat, lointain précurseur de la stratégie “de rupture” théorisée bien plus tard par Me Vergès, Fernande Herduin va aussi carrément porter plainte pour meurtre… contre le colonel, devenu général, responsable de l’exécution. Et elle finira, six ans plus tard, par obtenir gain de cause à travers un procès retentissant.

    Avec ceux de Fleury, c’est bien sûr le cas des fusillés pour l’exemple que traite ce troisième tome (et dernier ?) de cette série sur Verdun, labellisée Mission du centenaire. Le récit évoque d’ailleurs en passant le cas du lieutenant Chapellant et des fusillés de Vingré, en Picardie. A travers ces cas, plus encore que l’absurdité de la justice militaire (puisque ici, de fait, il n’y en eu même pas), ce sont l’orgueil imbécile, la suffisance et la lâcheté d’une partie de l’Etat-major qui ressortent.

    Relevant plus du genre “film de procès” que du récit de guerre proprement dit, l’intrigue de ce troisième épisode est moins épique que les précédents. Malgré un scénario bien construit par Jean-Yves Le Naour, elle se montre un peu laborieuse dans son déroulement, puisque une bonne partie de l’histoire est constituée d’échanges verbaux dans des cafés, des bureaux ou dans l’Hémicycle. Mais la dernière partie se conclut sur une séquence très forte – et sans doute unique dans l’histoire militaire. Avec un flash-back, sur le champ de bataille montrant donc un soldat qui dirige lui-même le peloton d’exécution destiné à le tuer !
    Du point de vue historique, et comme pour les deux albums précédents, l’histoire est méticuleusement documentée par l’historien Jean-Yves Le Naour et nourrie d’anecdotes réelles (et un peu légendaire, comme la “tranchée des baïonnettes” au début) qui en font tout l’intérêt. D’autant que sans être exceptionnel, le dessin réaliste d’Iñaki Holgado se montre à la hauteur et restitue la tension et la violence de cet épisode méconnu de la Grande Guerre. Une guerre qui n’aura jamais moins mérité ce qualificatif.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Première ascension réussie pour “Pierre, Papier, Chicon”

    Objectif atteint pour la future revue de bande dessinée picarde Pierre, Papier, Chicon. A ...

    Twice upon a time in Hollywood… Star Wars classé X

     Star FiXion, Bernstein et Obion (scénario), Obion (dessin et couleur). Editions Fluide glacial, 56 ...

    Le FLN droit au but

    Un maillot pour l’Algérie, Kris, Bertrand Galic (Scénario), Javi Rey (dessin). Editions Aire Libre ...

    Pierre Papier Chicon, paquet cadeau de Noël

    Le quatrième tome de Pierre Papier Chicon arrive en rayons d’ici quelques jours. Et, ...

    Beaux fragments d’une Première guerre dessinée

    Là où poussent les coquelicots, fragments d’une guerre dessinée, film documentaire de Vincent Marie, ...

    Sacré nom de Diou !

    Le crépuscule des idiots, Jean-Paul Krassinsky. Editions Casterman, 296 pages, 25,95 euros. Voici un ...