L’OISE

    L’Oise : entre forêts et châteaux

    L’Oise est un département riche de culture, de nature et d’architecture. A deux pas de Paris, il a su préserver son identité tout en profitant du dynamisme de la capitale.

    La forêt occupe 24 % du département soit 141 372 hectares ! Douze forêts constituent ce patrimoine naturel exceptionnel de l’Oise. Des forêts seigneuriales ou princières comme Chantilly, des forêts royales comme à Compiègne, des forêts monastiques… Ces espaces naturels sont à la fois des paradis de biodiversité mais aussi des lieux chargés d’Histoire. Si la forêt de Compiègne reste la plus riche avec ses 170 variétés d’arbres dont de nombreux arbres remarquables (normal puisque c’est la troisième plus grande de France avec 14 441 hectares), chaque forêt a ses particularités, ses essences et ses richesses. On peut citer les forêts de Laigue, de Hez-Froidemont, d’Halatte, d’Ermenonville… Et entre tous ces arbres, des monuments majestueux ont jailli de terre. Outre de magnifiques cathédrales, églises et abbayes, l’Oise est aussi une terre de châteaux. De Troissereux à Pierrefonds, en passant par les châteaux de Trie, de Mennechet, de Montataire ou de Compiègne, le territoire est un véritable livre d’histoire.

    En prise directe avec son temps

    Si l’Oise possède un riche patrimoine culturel et naturel, il n’en oublie pas de vivre avec son temps. Aux portes de Paris, le département propose ses terres à la logistique, aux grandes entreprises comme aux petites. L’innovation est au cœur de l’enseignement, principalement autour de l’UTC de Compiègne. Le développement de l’aéroport de Beauvais booste aussi le dynamisme local. L’Oise a également misé sur l’économie du loisir avec trois parcs d’attractions majeurs : la mer de sable, le parc Saint-Paul et le parc Astérix. Entre tradition et modernité…

    Le saviez-vous ? :

    Gastronomie : C’est le fils de Maurice Bigot, célèbre charcutier à Pierrefonds, ayant ouvert en 2002 une pâtisserie au pied du fameux château, qui a remis au goût du jour la confiserie emblématique du village : le Mâchicoulis. François Bigot a recréé un petit bonbon de caramel tendre au beurre salé, enrobé d’amandes grillées, qui existait apparemment depuis 1926 avant de tomber dans l’oubli. Ce bonbon tient son nom des projectiles (cailloux, eau bouillante ou pierres…) qui étaient jetés sur les ennemis depuis le mâchicoulis de la forteresse médiévale.

    Entreprise : La Brosserie française, basée à Beauvais, est le dernier fabricant français de brosses à dents. Créée en 1845 par Alphonse Dumont, l’entreprise s’est développée sur les rives du Thérain, afin d’utiliser la force hydraulique. À son pic d’activité, l’usine employait jusqu’à 450 personnes. Après une vie mouvementée, faite de fusion, modernisation, externalisation, elle a été « relocalisée » après son rachat en 2012. C’est à cette date qu’elle prend le nom de Brosserie française. Elle développe Bioseptyl, sa propre marque de brosses à dents et depuis quelques années Tracia sa marque de brosses à cheveux.

    Monument : On dénombre pas moins de 35 clochers dans la Vallée de l’automne, rivière qui serpente entre Villers-Cotterêt (Aisne) et Verberie (Oise). Il existe un itinéraire touristique pour les découvrir, au détour des chemins, à peine un clocher disparaît, un autre surgit toujours à l’horizon ! Depuis 1987 un festival des 35 clochers de la Vallée de l’Automne a aussi été créé, le premier dimanche d’octobre, mobilisant des bénévoles dans de nombreux villages afin d’ouvrir au public des églises et des abbayes habituellement fermées à la visite.

    Lieu : Le jardin des ifs est un jardin privé, situé à Gerberoy et ouvert à la visite depuis le printemps 2016. Composé d’ifs et de buis taillés, pour certains multicentenaires, il offre un décor impressionnant principalement par les volumes de ces arbustes géants aux formes variées. Labellisé jardin remarquable, il présente évidemment des arbres remarquables… Le plus connu étant l’If taillé en igloo, vieux de plus de 300 ans. Ce dôme géant, de 9 m de diamètre et 4 m de haut, peut accueillir une dizaine de personnes sous son feuillage. Il a reçu le Grand prix du public au concours national de l’arbre de l’année en 2017.

    Personnalité : Jean Racine étudia au collège de Beauvais à partir de ses 13 ans, de 1652 à 1655. Il y reçut une éducation janséniste, stricte et rigoureuse. La « légende » veut que la cicatrice que Jean Racine arborait au front, soit née à Beauvais, des suites d’une bagarre entre camarades dans la cour de récréation. Elève dissipé et un peu provocateur, il reçut une pierre sur son front, qui restera marqué. Dans la ville isarienne, en observant bien la statue du dramaturge qui se trouve évidemment rue Jean Racine, vous y verrez la trace de cette cicatrice.

    Ville : Crépy-en-Valois est la capitale française du tir à l’arc. Autrefois, les archers du roi étaient en effet formés et recrutés dans le Valois. C’est cette tradition ancestrale qui a ancré ce sport dans le territoire, qui compte encore aujourd’hui une quinzaine de clubs. Des archers qui perpétuent les fêtes et les bouquets (compétitions). La ville abrite également le musée de l’Archerie et du Valois, depuis 1949, au sein du château Saint-Aubin. Une collection sur l’archerie unique en France y est présentée et témoigne de la diversité et de l’évolution des pratiques liées au tir à l’arc à travers les âges et les pays.

    Evènement : L’association « Fêtes des roses » a organisé en 2018 sa 90e fête des Roses dans le village de Gerberoy (le troisième week-end de juin). Créée par le peintre post-impressionniste Henri Le Sidaner, qui vécut dans le village des mille roses, elle est organisée chaque année depuis 1928 avec un succès qui ne se dément pas. C’est une journée spéciale pour découvrir l’un des « plus beaux villages de France » entre animations de rues, expositions, spectacles et bien sûr, vente de roses et de rosiers.

     

    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !