Les trois carpes de la mare de Coisy

                                                

    Après la mare hydrocarbure Super U, le Marquis est allé pêcher dans celle, bucolique, de Coisy.

     

    De gauche à dtoite : Raphaël Trombert, Annie Da Costa et Philippe Cavillon. (Photos : Philippe Lacoche.)
    Je me suis juché sur le tronc moussu de cet arbre pour pêcher dans la mare de Coisy. Qui disait que le Marquis des Dessous chics ne pratiquait pas le reportage à haut risque?

    La première mare que j’ai présentée, mardi dernier, celle située derrière la station essence de Super U, à Amiens, n’avait rien de bucolique. Cette fois-ci, je suis allé tremper la ligne dans la mare de Coisy, adorable village de 340 habitants, situé entre Amiens et Doullens. C’était le matin; il faisait terriblement beau. Sur place, m’attendaient, mon complice de pérégrinations halieutiques, Raphaël Trombert, chargé de mission biodiversité faune auprès du Centre permanent d’initiative à l’environnement (CPIE), l’ami des grenouilles et de tous les batraciens, Mme Annie Da Costa, première adjointe de la commune, qui avait débauché pour l’occasion Philippe Cavillon, 55 ans, technicien en bureautique, né dans le village.

    «Une voiture, trop rapide, loupe son virage et se retrouve dans la flotte.»

    Des souvenirs autour de la mare, il en possède, Philippe. «Enfant, l’hiver, j’allais marcher sur la glace, comme tous les jeunes du village. On se faisait gronder… Mon père, 81 ans, à la fois agriculteur et employé d’usine, y faisait boire ses chevaux.» Abreuvoir du temps jadis, aujourd’hui exutoire pour l’eau pluviale, la mare de Coisy affiche une profondeur de 2,50 mètres en son milieu. Il y a quarante ans, elle a été curée à l’aide d’une pelleteuse. «À l’origine, elle était plus grande; elle servait de trop-plein au château d’eau», commente Philippe Cavillon. À l’origine encore, elle ne contenait pas de poissons. C’est un habitant de Coisy qui, il y a plusieurs dizaines d’année, a vidé ceux de son bassin extérieur dans la jolie mare. Depuis, carpes, poissons rouges et autres blancs y coulent (façon de parler!) des jours heureux. Sauf quand une voiture, trop rapide, loupe son virage et se retrouve dans la flotte, comme ce fut le cas il y a quelques mois. Mais, il n’y a pas que des poissons. Pour Raphaël aussi, journée a été bonne. Il a repéré des Notonectes (punaises aquatiques), des Gallinules (poules d’eau), une grenouille verte, une Piéride du chou (papillon), un canard colvert, une Calopteryx vierge (libellule), un Vulcain (papillon). Et en matière de flore, il égrène, dans le désordre les noms d’Iris pseudacorus, Acer pseudoplatanoides, Epilobium hirsutum, Ranunculus acris, Cirsium arvense, Salix alba, Plantago lanceolata, Urtica dioica, Sambucus nigra, Cornus sanguinea,etc.

    Quant à moi, j’ai capturé trois petites carpes aussi rousses qu’Isabelle Huppert. Je me suis empressé de les relâcher dans ma chère mare Super U. Me voici donc empoisonneur municipal; c’est Michel Collet, directeur de la communication à Amiens-Métropole, qui va en faire une tête à son retour de vacances. Dans vingt ans, si un petit pêcheur y attrape une carpe de vingt kilos, il pourra se dire qu’il a capturé l’une des trois carpes du Marquis. Quant à moi, je serai en train de pêcher dans les nuages. Trop drôle! PHILIPPE LACOCHE

    La très jolie mare de Coisy. (Photo : Philippe Lacoche.)
    L’un des trois carpes que j’ai capturées et que je me suis empressé de relâcher dans l’une des deux mares devant le magasin Super U, à Amiens.
    Au cours de la délicate opération de relâchage des trois carpes dans l’une des mares, dites Super U, à Amiens. ‘Ici, l’aristocratique goujonnière du Marquis des Dessous chics.)
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    HahaHaha
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Confiné au jardin : saloperie de vent !

    Un beau dimanche. «Chouette!», se dit le jardinier confiné. «Je vais pouvoir en profiter.» ...

    Le charme discret du dandy Levet

      Diplomate, chroniqueur, voyageur et phtisique et surtout poète au talent indicible et trop ...

    L’âme si française de Thomas Morales

       Il propose un recueil de chroniques et un hommage numérique à Philippe de ...

       Pour ne pas oublier Jacques Béal

    Émouvant? C’est peu de le dire. L’hommage rendu, lundi, à la Comédie de Picardie, ...

    Ces chats qu’on aime

          Les chats sont vraiment de curieuses créatures. Vous avez beau leur ...