5 albums pour 10 euros : le prix de la découverte jusqu’à fin juillet

    Cela commence comme une petite histoire en forme de parabole d’un marché de la bande dessinée entre surproduction et crise économique du secteur. Et ça se termine par une opération inédite de promo-découverte par trois éditeurs indépendants. Et une librairie d’Amiens joue le jeu.
    Au final : 5 albums pour 10 euros !

    donc-sbamUn auteur, un éditeur, un libraire et un lecteur assis dans un café, la mine morose.
    –  « Les auteurs ne trouvent plus d’éditeurs pour défendre leurs œuvres les plus innovantes… dit l’auteur en jetant un regard lourd de reproche à l’éditeur.
    – “Les éditeurs ne peuvent pas forcer les libraires à défendre la création“… dit l’éditeur en jetant un regard noir au libraire.
    – “Les libraires ne peuvent pas commander ce que les lecteurs n’ont plus la curiosité d’acheter“… dit le libraire en jetant un regard courroucé au lecteur.
    – “Les lecteurs ne peuvent pas prendre tous les risques pour faire plaisir aux auteurs“… dit le lecteur en jetant un regard abattu à l’auteur.
    – “Si seulement mes livres étaient lus, peut-être qu’ils se vendraient !” se défend l’auteur.
    – “Chez moi, on achète avant de lire !” s’insurge le libraire.
    – “Je veux savoir ce que j’achète avant de bouquiner !” se rebiffe le lecteur. »
    L’éditeur sourit alors avec condescendance: « En quelque sorte, il faudrait que l’éditeur donne gratuitement ses livres les plus difficiles au libraire pour que celui-ci les propose à un prix symbolique au lecteur afin que ce dernier accepte de prendre le risque de la découverte? Qui pourrait bien faire une chose pareille ? »


    Et bien, Frémok, Cornélius et les Requins Marteaux l’ont fait. Ces trois éditeurs indépendants ont sélectionné chacun 5 albums passés inaperçus ou jugées «difficiles» de leurs catalogues. Soit donc 15 albums qui peuvent être achetés chez les libraires participant à l’opération (dont Bulle en stock à Amiens) au prix symbolique de 5 livres pour 10 euros.

    Derrière l’opération marketing – de saison en cette période de “soldes” – les trois éditeurs avancent des raisons plus “politiques”, en forme de manifeste, afin de soutenir les librairies indépendantes et de développer la curiosité du lecteur.

    Les seuls éco-systèmes viables sont ceux dans lesquels les équilibres et la diversité sont préservés. Nous espérons que cette opération — que certains jugeront irrationnelle — suscitera des visites dans des lieux où les livres et le choix n’ont rien de virtuel. Nous espérons aussi qu’elle permettra à des lecteurs de faire connaissance avec d’autres territoires de la bande dessinée. Nous espérons par-dessus tout que ce mois de juin sera l’occasion de renouer tant de liens brisés par la surabondance“, concluent les trois éditeurs.

    Il reste encore une quinzaine de jours (jusqu’au 31 juillet) pour donner raison à ce pari.

    que-img

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’heure du Gung pour les collégiens samariens

    Le prix 2015 des collégiens samariens est désormais connu. Un bon choix, incontestablement ! ...

    J’étouffe !

                                                     Pourquoi te mentirais-je, lectrice, mon amour, ma fée fessu, ma soumise ? Cette ...

    Le Transperceneige retrouve la voie des écrans

    Alors que Terminus, par Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet, vient de paraître chez Casterman, ...

    Les dames de Paul Gillon s’exposent à Paris pendant un mois

    La galerie Champaka accueille une expo-vente consacrée à une partie de l’oeuvre du défunt ...

    Bons Sauvages de Mélanie Rutten

    Les Sauvages, Mélanie Rutten, éditions MeMo, 40 pages, 14,50 euros. Lorsqu’on connaît le travail ...