Aaarg ! ne mollit pas

    Le n°5 de la belle revue Aaarg ! vient de débarquer. Avec un numéro en forme et étoffé.

    Aaarg 5-couvEn cette période de crise de la presse, c’est avec grand plaisir qu’on découvre, en cette rentrée, le n°5 de la revue Aaarg ! Après un dernier « bimestriel » paru voilà déjà plus de quatre mois, on pouvait craindre une trêve estivale meurtrière. Il n’en n’est donc rien.

    Qui plus est, non seulement Aaarg ! vient bien d’arriver dans les librairies (et quelques maisons de la presse de bon goût), avec son lot de récits complets, de strips (dont ceux, très réussis, signés Fabcaro), de nouvelles et de chroniques atypiques, mais, en plus, il ne cesse de s’étoffer en pagination.
    Débutée avec 160 pages en moyenne (et un magnifique poster de la couv’), le nouveau numéro affiche 188 pages. Et l’équipe annonce même pour le 16 octobre (et le numéro spécial un an) un numéro de… 280 pages ! Une belle générosité qui se traduit aussi – et surtout – dans le contenu…

    Les derniers numéros avaient un peu marqué le pas. Effet corrigé dans cette nouvelle livraison d’une revue indépendante qui a incontestablement trouvé un ton et un style. Avec déjà ses classiques, comme les chroniques de la favela de Julien Loïs et El Diablo, les histoires de Zapatistas de Pierre Place ou, désormais, l’hilarante chronique de Salch contant, de façon trash et délirante, le « making of » du magazine.

    Case extraite des "Fantômes de la liberté", le récit de Caritte et Rifo.
    Case extraite des “Fantômes de la liberté”, le récit de Caritte et Rifo.

    Pour cette livraison de rentrée, le dossier alphabétique est consacré à B-Gnet (qui réalise donc la belle couverture). Si l’on ne trouvera plus l’épopée post-mortem du Pigeon de la onzième heure de Nicolas Poupon (dont la pré-publication s’est achevée dans le n°4 et qui sort en album en novembre), on pourra encore apprécier le dernier volet des rêveries glauques du Rustin de Nikola Witko (lui aussi promis à une sortie en album en novembre).
    Côté récits courts (mais denses), l’éclectisme est toujours de mise. On appréciera, entre autre, l’évocation sensible et émouvante du malaise d’une ado par Starsky et Rica, mais aussi Cafardman, le récit post-apo humoristique de l’Abbé, la relecture au graphisme soigné de l’Homme qui retréçit par Lisandru Ristorcelli ou le beau et fort Fantômes de la liberté de Caritte et Rifo, traitant habilement du drame des immigrés illégaux noyés en mer par le prisme du genre fantastique.
    Saluons aussi l’arrivée d’un nouveau anti-héros, SFG, antipathique et cynique au possible, par Simon Sprutt et un bel exercice de style (et de synthèse) signé Eric Puech, avec son très court (cinq cases) mais réussi polar Free ride, autour d’une Ford Mustang “Cobra”.
    Enfin, hors BD, on retrouve une exploration du Roller derby et une chronique cinéma, toujours impeccable et diablement intéressante, consacrée cette fois aux Diables de Ken Russel.

    Bref, avec tout ça, comme le proclame la quatrième de couv : “Achetez-le ou allez vous faire foutre !”

    aaarg-logo

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Il n’y a pas loin du Capitole au Super U

    Pendant des années – la grande majorité de sa vie – Pierre, 60 ans, ...

    Un été sans futilité dans la Revue dessinée

    Nouvelle livraison de la Revue dessinée. Un numéro 12 éclectique. Et plutôt avec des ...

    Besson, mine de rien

     Dans la veine de « 28, boulevard Aristide-Briand », Le Jour intimes, court recueils de récits, ...

    Derniers souvenirs de Paul Gillon

    Paul Gillon est décédé ce week-end à Amiens, à l’âge de 85 ans. Il ...

    Dura Lex, Silex…

    Silex and the city, tome 5: Vigiprimate, Jul. Éditions Dargaud, 48 pages, 13,99 euros. ...

    Largo Winch avait anticipé les Paradise Papers

    On s’en souvient, dans son dernier album – le premier scénarisé par Eric Giacometti ...