Allô! Paucard de Paris, j’écoute…

     Lorsqu’il décroche son téléphone, il se présente en ces termes: «Allô! Paucard de Paris, j’écoute…» Il annonce la couleur, l’Alain. Plus Parisien? Impossible? Plus Français? Encore plus impossible. Celui qui anima pendant des années, le Club des Ronchons, notamment en compagnie de Jean Dutourd, aime son pays par-dessus tout.I l l’adule. Ce qui – ça peut paraître paradoxal – ne le conduit jamais vers un chauvinisme de bas étage. Ceux qui ont eu le bonheur de l’entendre chanter du vieux rock’n’roll et en particulier les adorables bluettes d’Elvis Presley comprendront que sa culture sait aller puiser chez nos bons amis alliés d’Outre-Atlantique; il sait aussi exhiber un magnifique tee-shirt à l’effigie de Staline, l’homme qui mit la pâtée aux Teutons dans les paysages enneigés de Stalingrad. Pas étonnant qu’un tel homme sorte ce petit livre aujourd’hui: Marie-Jeanne, Une vie française. Marie-Jeanne Roux, née Pierre, en 1900, dans le Morvan, décédée en1968, n’est autre que sa grand-mère. Une femme d’avant dans un monde d’avant. Dans la France «telle qu’on l’aime», eût dit Kléber Haedens. Un excellent bouquin par un écrivain de grand talent.

    PHILIPPE LACOCHE

    Marie-Jeanne, Une vie française, Alphée, 78 pages, 10 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Noirs desseins à Angoulême

    Journaliste “blacklisté”, mode d’attribution du grand prix modifié, changement de sponsor, modifications dans l’organisation. ...

    Les coups de coeur du marquis

    Jacques Darras dans la NRF Après avoir publié, l’an passé un remarquable essai intitulé ...

    Du style, du panache et du rock

        Christian Laborde donne le meilleur de lui-même avec ce recueil de nouvelles où pop, ...

    Dans les quartiers de l’espoir

    Isabelle Rome a recueilli les propos des jeunes de Creil. Elle signait son livre, ...

    “Vingt-quatre heures pour convaincre une femme” dans “Madame Figaro”

    Magnifique article d’Isabelle Potel dans Madame Figaro de ce matin sur mon roman Vingt-quatre ...

      Pluie anglaise et silure communiste

          Un matin de début août. La pluie claque sur le toit ...