Alter Ego : une bonne série sous tous points de vue

    Alter Ego, série en 6 albums, de Renders et Lapière (scénaristes), Reynès, Benéteau, Erbetta, Efa, Zuga (dessinateurs), 64 pages chacun.

    La venue à Amiens, ce lundi 5 décembre du scénariste Denis Lapière est l’occasion de revenir sur la dernière série “conceptuelle” à laquelle il a contribué : Alter Ego. Lancée à l’occasion du dernier festival d’Angoulême, elle est désormais complète depuis octobre. Six albums,  six héros et autant de points de vue qui s’imbriquent pour, au final, livrer les clés d’un thriller planétaire mêlant génétique, parapsychologie, utopie démiurgique et complot international !

    Pour une fois, la quatrième de couverture mérite d’être parcourue, car elle s’avère être un bon résumé de l’ambition (réussie) de la série : “Aux quatre coins du monde, six individus sont confrontés à une découverte scientifique phénoménale. Sans le savoir, ils détiennent dorénavant notre liberté entre leurs mains“…

    On peut donc lire indifféremment les six albums – même si la logique “chronologique” des parutions s’avère sans doute la plus pertinente. Fouad nous fait découvrir un étrange “terroriste”, prenant en otage la responsable d’une grande organisation humanitaire contre le sida dont il fut membre dévoué ; Camille est la fille d’une chercheuse de haut vol en psychologie et neurosciences, décédée tragiquement.Sa mort va confronter la jeune fille à une révélation incroyable… Et à croiser notamment Darius, un “ange” très particulier – dont l’album qui porte son nom s’avère le plus riche en explications et le pivot de la série. Les trois autres albums permettent de combler les trous et connaître les autres facettes de la vérité, ou comment un modeste pêcheur coréen, Park, va se révéler être un homme particulièrement important pour la première puissance de la planète et notamment pour le fils du président des Etats-Unis, Noah. Et enfin comment deux jumeaux médiums, Jason et Jonas vont découvrir les différents niveaux – imbriqués et vertigineux – de l’opération initiale. Ou comment une découverte scientifique étonnante, utilisée au départ pour apporter une aide inestimable à l’humanité se voit progressivement détournée vers une logique totalitaire, voire carrément meurtrière.

    A l’initiative du projet, le Belge Pierre-Paul Renders a rassemblé autour de lui un studio de huit personnes entre la Belgique, la France, l’Espagne et l’Italie : le scénariste Denis Lapière, un dessinateur directeur artistique (Mathieu Reynès), quatre dessinateurs (Benjamin Benéteau, Luca Erbetta, Efa, Emil Zuga), une coloriste (Albertine Ralenti) et son assistant. Si le dessin est classique – mais nullement désagréable et bien maîtrisé sur l’ensemble des six albums – c’est bien entendu le scénario (primé à juste titre par le vénérable Prix Saint-Michel 2011 à Bruxelles) et ses multiples ramifications qui retient l’attention ici et confère tout son intérêt à cette série… sans égal !

    Ajoutons, un site internet dédié très bien fichu et très ludique pour parachever le tout !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Vous aimerez également peut-être

    Echappée belge pour les “Lulus”

    La guerre des Lulus, tome 4: 1917, la déchirure. Éd.Casterman, 64 pages, 13,95 euros. ...

    Beaux souvenirs muets d’un été italien

    Un été sans maman, Gregroy Panaccione. Editions Delcourt, collection Shampoing, 272 pages, 19,99 euros. ...

    Sex & violence et pulsions très humaines

    Sex & violence, Jimmy Palmiotti, Justin Gray (scénario), Jimmy Broxton, Juan Santacruz, Romina Moranelli, ...

    Le Charlie hebdo rêvé de Luz

    Indélébiles, Luz. Editions Futuropolis, 320 pages, 20 euros. Il y a trois ans, Luz ...

    Tchao, Tchô !

    Après 15 ans d’existence, le magazine Tchô cesse de paraître avec ce n°164, pour ...

    La vie de Pedro Atias avec mode d’emploi

    Là où se termine la terre, Chili 1948-1970, Désirée et Alain Frappier. Editions Steinkis, ...