DES DIEUX ET DES HOMMES, t.1: La fin du commencement, de Jean-Pierre Dionnet et Laurent Theureau, ed.Dargaud, 64 p., 13,95 euros.

    Un petit air de Metal Hurlant ? Pas étonnant, Des Dieux et des hommes marque le retour à la BD de science-fiction de Jean-Pierre Dionnet, l’un des grands noms de la saga du magazine, qui ces dernières années avaient un peu abandonné le genre (mais pas totalement, il suffit de lire son blog “l’Ange du bizarre“. Et un retour “XXL”, avec une oeuvre protéiforme, contant le crépuscule de l’humanité de 1929 à 2147 et appelée (peut-être) à se poursuivre sur une trentaine d’albums sur la décennie !

    Des Dieux et des hommes, avec d’ores et déjà la collaboration confirmée de Laurent Theureau, de Roberto Baldazzini et de Moebius. D’autres noms prestigieux devraient s’ajouter rapidement à la liste de cet énorme projet porté par les éditions Dargaud.

    Les Dieux de cette histoire sont nés, miraculeusement le jour du krach boursier de 1929. Soixante-six mutants immortels  naquirent le long de la route 66. Dotés de pouvoirs divers et se reproduisant à grande vitesse, ils devinrent vite  plus nombreux que les humains, qu’ils regardèrent disparaître, avec autant d’intérêt que celui que nous portons à une fourmillière en train d’être dévasté par un ruisseau… C’est donc l’histoire de cette uchronie qui sera contée ici, sous forme parcellaire et juxtaposée.

    Dans ce premier album qui se déroule en 2147, à la “fin du commencement“, donc, le Seigneur des Mouches, dieu de second rang, se livre à un combat homérique contre le numéro un, pour une raison qui reste largement obscure au lecteur.

    Par son thème, on songe un peu au roman de Neil Gaiman, American Gods, qui, lui-aussi mais dans une toute approche, plantaient des dieux (des divers cultes humains) au milieu de l’Amérique contemporaine. Graphiquement, on pense fortement à Jodorowsky et Moebius.

    A la fin de cet album, allusif, on ne perçoit donc que quelques bribes de cette histoire parallèle. Pas grave et pari de Dionnet. On en saura plus à la fin du trentième album. Ou peut-être plus ou moins, comme son auteur s’en expliquait récemment dans l’émission Mauvais genres, sur France Culture. Peu importe après tout. Dans un premier temps, quatre albums sont annoncés pour 2011. Avec une déesse dirigeant une communauté hippie dans les années 70, une petite ville américaine cachant un camp de concentration pour japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, puis une vision d’un Las Vegas années 50 offert aux Italiens. Alléchant programme pour une fin du monde…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Anuki” prix de l’innovation numérique

    La Bibliothèque départementale de la Somme reçoit le Prix de l’innovation numérique pour son ...

    Les Lulus vraiment dans le bain de la Grande Guerre

    La guerre des Lulus, tome 2 : Hans, Régis Hautière (scénario), Hardoc (dessin). Editions ...

    Une histoire bien brodée

    Black Project, Gareth Brookes. Editions La Boîte à bulles, Richard, adolescent solitaire, raconte dans ...

    Trap, drôle d’animal

    Trap, Mathieu Burniat. Editions Dargaud, 180 pages, 13 euros. Dans une jungle sauvage – ...

    Les prochains Rendez-Vous d’Amiens

    Le 18e festival de bande dessinée d’Amiens aura lieu les 1er et 2 juin ...

    Mangas : mini-convention “Fugu” à Chaulnes

    Le Japon va être à l’honneur ce dimanche, de 10 à 18 heures, à ...