Amour empêché et crise de foi

    L’Oracle della Luna, tome 2: les amants de Venise, Frédéric Lenoir, Rodolphe, Griffo, édtions Glénat, 56 pages, 13, 90 euros.

    Six mois après son arrivée imprévue à Venise, Giovanni, le petit paysan calabrais, est devenu un astrologue réputé. Et, surtout, il a retrouvé la trace d’Elena, fille du gouverneur, à l’origine de sa décision de quitter son village et de vivre déjà pas mal d’aventures marquantes. Toujours aussi amoureux, il se fait professeur de philosophie le jour et amant secret la nuit, pensant même parvenir à atteindre son rêve, mais une loi interdisant les unions entre aristocrates et roturiers et un combat d’honneur en décideront autrement. Et le destin va l’envoyer en Crète, puis en Grèce parmi les moines du Mont Athos. Il pensait y avoir trouvé sérénité et foi. Mais entre l’ascèse et l’amour, la bascule se fera encore…

    Pour une large part basé à Venise, l’ambiance de ce deuxième tome se rapproche plus encore de Giacomo C., série phare de Griffo, qui illustre encore avec talent (et une sensibilité particulière sur les regards et les visages) ces aventures romantico-philosophico-picaresques au milieu du XVIe siècle. Les principaux enjeux du récit ayant été posés dans le volume précédent, cette suite est, forcément, moins intense. Mais tout aussi rythmée (grâce au savoir faire de Rodolphe, venu appuyer Frédéric Lenoir) et portée sur l’aventure. Et l’aspect initiatique du roman s’affirme plus fortement – entre deux réflexions sur l’amour selon Platon. Avec même une ferveur religieuse, dans la partie grecque, qui semblerait excessive – voire passablement agaçante – avant qu’une pirouette finale ne relance l’intérêt de l’intrigue. Et laisse entrevoir… que le lecteur, comme Giovanni, n’est pas au bout de ses surprises.

    Bref, pari bien tenu pour cette série poussée à la fois par le souffle de l’aventure et le recul de la réflexion. Un clacissicisme de bon aloi mêlé à une touche très spirituelle (à tous sens du terme), qui en fait son originalité.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La BD à la Une du “journal du centenaire” du Courrier picard

    Le deuxième numéro du “journal du centenaire 14-18” du Courrier picard, ce mardi 20 ...

    Fantôme de famille

    Royal City, tome 2: Sonic Youth, Jeff Lemire. Editions Urban Comics, coll. Indies, 144 ...

    Désinsectisation martienne rouge sang

    Terra Formars, tome 1 à 16, Yu Sasuga (scénario), Ken-Ichi Tachibana (dessin). Éditions Kazé, ...

    Philippe Luguy garde la Ligne

    Ligne d’auteur: Philippe Luguy. Editions OpaleBD.com, 66 pages, 20 euros. C’est donc aujourd’hui que ...

    Noé navigue des planches à l’écran

    Noé, l’adaptation “pluri-média” de Darren Aronofsky de l’histoire du déluge, évoquée hier, pourra bientôt ...

    Le Château des Ruisseaux

    Le Château des Ruisseaux, Vincent Bernière et Frédéric Poincelet. Editions Dupuis, 72 pages ; ...