Anges et diables de Martin Eden

    Martin Eden_couvMartin Eden, d’après le roman de Jack London, Aude Samana et Denis Lapière, Futuropolis, 24 euros.
    Martin Eden s’est fait tout seul. Ses parents étant morts alors qu’il n’était encore qu’enfant, il n’a presque aucune instruction. Tout ce qu’il sait, c’est ce qu’il a vu, ressenti, expérimenté dans ses multiples voyages aux quatre coins du globe. Martin Eden est marin. Mais il se lasse de cette vie. Il devient difficile. Et puis un jour, il rencontre Ruth. Il tombe immédiatement amoureux. Celle-ci est blonde, délicate et instruite. Elle vient d’un milieu plutôt aisé et érudit. Aux antipodes de Martin. Mais ce dernier ne s’avoue pas vaincu. Il a un plan. Il va s’instruire et un jour il sera assez lettré pour lui demander sa main. Martin avale alors des quantités de bouquins en tous genres. Et quand il embarque sur un navire, il emporte avec lui des nombreux volumes qu’il lit jusque très tard dans la nuit. Il tente de s’inscrire à l’université mais se fait refouler. Il se met alors en tête de devenir écrivain. Un autre plan formidable : il vendra ses histoires et ses récits de voyages, ce qui lui permettra d’avoir les moyens d’offrir une belle vie à Ruth et de la demander en mariage. Il s’enferme alors et se met à noircir les pages avec acharnement. Il multiplie les envois au journaux, aux éditeurs mais rien. Jamais rien. Tous ses manuscrits lui reviennent avec une lettre de refus. Martin sombrera très bas. Mais la roue finit toujours par tourner et les masques par tomber…

    Martin Eden_caseL’histoire de Martin, tragique et extraordinaire, montre le danger que représentent les personnes cupides et emprisonnées dans leurs a priori pour les coeurs purs. Martin ne désirait qu’une chose, que Ruth le trouve assez intelligent et savant pour pouvoir l’accepter à ses côtés. Celle-ci ne vit en lui qu’une marionnette à manipuler et à façonner selon ses désir. Martin fit des effort considérables des années durant, ne ménageant pas sa peine et mettant sa santé en péril parfois. Mais il suffira à Ruth d’un malheureux incident pour lui tourner le dos. Et ce n’est que des années plus tard, années pendant lesquelles Martin traversa bien des épreuves et la misère, que Ruth repris contact avec lui. Juste après la parution de ses écrits et son succès soudain. Martin était devenu riche. Très riche. il réussira ce fabuleux tour de force de changer de milieu. Découvrir ainsi la noirceur de l’âme pour laquelle il s’était damné achèvera de lui faire perdre fois en la vie.

    Les personnes comme Ruth, masculins et féminins, ne sont pas rares. N’allant pas chercher plus loin que les apparences et faisant maintes courbettes aux personnes pouvant les mettre en lumières. Le monde de l’édition, notamment, en regorge. Des pratiques qui n’ont pas changé aujourd’hui. Bien au contraire. Les blogs et réseaux sociaux permettent de directement publier, tweeter cette fabuleuse amitié naissante avec ce merveilleux auteur ! Le coeur et les intentions de Martin sont pourtant restées purs et inchangés durant toutes ces années.
    C’est avec un réel plaisir que nous le suivons au fil des pages de cette adaptation du chef d’oeuvre de Jack London par Aude Samana et Denis Lapière. La mise en images est également originale puisque peint à la peinture acrylique. Un procédé très long et l’on pardonnera aisément le manque de finitions de certaines cases. D’autant que bon nombre d’entre elles sont de véritables tableaux subtils et délicats. Une intensité picturale au service d’une histoire forte et intemporelle.
     Martin Eden_planche
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Issak, un rônin dans le tourbillon de la Guerre de Trente ans 

     Issak, tome 1, Shinji Makari (scenario), Double-s (dessin). Editions Ki-oon, 224 pages, 7,90 euros. ...

    La vraie fête du travail à Guise

    Aujourd’hui, 1er mai, relâche, donc. On en profitera pour relire De Briques et de ...

    De l’aide pour AIDES

    Vente aux enchères d’œuvres de bande dessinée et d’illustrations au profit de l’association AIDES, ...

    Blacksad sur la bonne route

    Blacksad, tome 5 : Amarillo, Juan Diaz Canales (scénario), Juanjo Guarnido (dessin). Editions Dargaud, ...

    Les goûts sûrs d’Eric Neuhoff

      L’écrivain, critique cinématographique au « Masque et la Plume », dresse un succulent panorama de ...

    (Game) Overlord : le débarquement a mal commencé

    Opération Overlord, tome 1: Sainte-Mère l’église, Michaël Le Gall, Davide Fabbri, éditions Glénat, 48 ...