Après la Picardie, François et Hautière aux tours de New York

    Homme de joie_couvUn homme de joie, tome 1 : la ville monstre, Régis Hautière (scénario), David François (dessin). Editions Casterman, 56 pages, 13,95 euros.

    Cinq ans après De Briques et de sang, les deux auteurs amiénois Régis Hautière et David François se retrouvent pour un nouvel album d’époque. Mais de la Picardie, on passe à New York cette fois, dans les pas d’un immigrant ukrainien dans les années 30 et dans sa découverte de cette “ville monstre”.

    Venu dans l’espoir de réussir sa vie dans ce “nouveau monde”, Sacha va se retrouver dans la galère de tous ces nouveaux immigrés sans vraies attaches sur place. Il se retrouve à promener les chiens d’une vieille excentrique décédée puis se retrouve mêlé, par hasard, à la mafia. L’un des membres, Tonio, à qui il a sauvé la vie, lui décroche un boulot à la construction des gratte-ciels de Manhattan. Occasion pour lui de participer à l’édification de l’une des tours emblématiques de la ville, le Rockfeller Center. En parallèle au cours d’une “mission” que son nouvel ami lui a confié, Sacha va rencontrer deux belles et étonnantes soeurs, Maga et Lena, les “Magdalena sisters”. Pas des filles pour lui, bien sûr…

    Dans De briques et de sang (déjà chez Casterman), Régis Hautière et David François avaient déjà réussi à donner une âme au Familistère de Guise et à faire vivre de beaux personnages. Ils récidivent ici avec une intrigue plus épurée, d’une certaine façon. Mais nourrie de références et de profondeur historique. Pas de suspense policier cette fois, donc, mais une jolie immersion dans la vie d’un immigrant, qui se laisse un peu porter par les événements, contraint et forcé. Et à travers son regard, c’est une drôle de “ville monstre” qui se dévoile. Avec ses hommes venus de partout bâtir des immeubles qu’ils n’habiteront jamais, dans une ambiance encore marquée par la crise de 1929. Et au milieu de tout cela, naît une histoire d’amour réellement étonnante, amenée elle aussi avec beaucoup de subtilité.

    Ce récit, très humain, s’inscrit dans une ambiance, une atmosphère bien particulière, que David François fait superbement vivre dans des planches qui alternent des grandes et belles vues générales (aux perspectives parfois vertigineuses) et des cases plus intimistes, centrées sur les personnages. On retrouve ici son trait, assez singulier, et son dessin élégant et personnel, avec un coup de pinceau fin et une mise en couleur (numérique pourtant) tout en nuances et en ombres qui lui donne son petit côté rétro.

    Prévu en deux tomes, cet Homme de joie (ed.Casterman) révèle progressivement sa richesse… et préserve quelques surprises. Autant dire qu’on attend déjà la suite avec impatience.

    Homme de joie_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Entre mutins et blessés, Charlie remporte encore la bataille

    La Grande Guerre de Charlie, tome 7: la grande mutinerie, Pat Mills (scénario), Joe ...

    Il faut que jeunesse se passe

    Il faut que jeunesse se passe Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER ...

    Alix : le retour en Egypte

     Alix Senator, tome 2 : Le dernier pharaon, Valérie Mangin, Thierry Demarez. Editions Casterman, 48 ...

    Une BD bonne comme… un bon Bordeaux !

    Châteaux Bordeaux, T2 L’œnologue, par Corbeyran et Espé chez Glénat, 13,9 €. Une intrigue ...

    Matthieu Bonhomme, l’homme qui a fait revivre Lucky Luke

    L’homme qui tua Lucky Luke, Matthieu Bonhomme. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros. Après ...

    Et si l’humour, c’était aimer Fabcaro ?

    Et si l’amour, c’était aimer ? Fabcaro. Editions 6 pieds sous terre, 56 pages, ...