Artémisia contre le Panthéon du sexisme

    La dernière lauréate du prix Artémisia, Catel, a demandé à des dessinatrices de réagir aux dernières nominations au Panthéon. En ce “jour de la femme”, c’est l’occasion 

    Récente lauréate du Prix Artémisia, destiné à promouvoir la bande dessinée féminine, Catel Muller a demandé à des dessinatrices des réagir à la nomination des derniers entrants au Panthéon, pour célébrer ce 8 mars 2014. Neuf auteures (Pénélope Bagieu, Calire Bouilhac, Soledad Bravi, Hélène Bruller, Florence Dupré La Tour, Catherine Meurisse, Chantal Montellier, Catel Muller et Anne Van Der Linden) se sont exprimées – et indignées – en dessin (compil ci-dessus).

    Si l’association Artémisia, se félicite de l’entrée de deux “grandes femmes” au Panthéon, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion, elle constate qu’“il faudra donc faire entrer encore beaucoup de résistantes (au machisme aussi) pour que le Panthéon se féminise un peu.”

    Alors qu’Olympe de Gouges, grande figure de la Révolution française avec sa déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, était plébiscitée par les internautes et les historiens comme icône de la parité, ou qu’étaient évoqués les noms de la révolutionnaire Louise Michel, de Joséphine Baker ou de Simone de Beauvoir, au final, le choix s’est porté sur quatre résistants de la seconde guerre mondiale : 2 femmes, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle et 2 hommes : Pierre Brossolette et Jean Zay.

    Un combat féministe dans lequel Catel est investie depuis longtemps. Elle qui a réalisé, avec José-Louis Bocquet, une belle biographie d’Olympe de Gouges et prépare un autre roman graphique sur Joséphine Baker.

    L’association égratigne ce “non-choix” de François Hollande : “Le choix était clair, opérer le grand rattrapage historique en faveur des grandes femmes, et pour cela, ne nommer que des femmes. C’est le président François Hollande qui a décidé seul du nom de la ou des personnalités entrant au Panthéon en 2014. L’institution misogyne a encore frappé. Les femmes ne suffisaient pas pour représenter le combat pour la liberté, il fallait y adjoindre deux hommes pour cautionner et affirmer ce choix. Le changement est neutralisé, la proportion reste la même : 4 femmes et 75 hommes, soit 5% de représentation féminine. Drôle de fraternité…”

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un “Charlie hebdo” spécial pour commémorer le 7 janvier

    A la veille du premier anniversaire de l’attentat du 7 janvier, Charlie Hebdo va sortir ...

    Réalités africaines

    Nouvelles graphiques d’Afrique, Laurent Bonneau. Editions Des ronds dans l’O, 164 pages, 25 euros. ...

    Du rétro-futurisme plein gaz

      Ignition City, Warren Ellis et Gianluca Pagliarani. Editions Glénat, 144 pages, 14,95 1956. ...

    Danse macabre avec Céline

    La cavale du Dr Destouches, Christophe Malavoy (scénario), Gaëtan et Paul Brizzi (dessin). Editions ...

    C’est un ours, bien sûr !

    Un ours of course, conte musical d’Alice Zeniter et Lawrence Williams, illustrations Julie Colombet, ...

    Clara Bruti, 93 ans, perd la mémoire

      Avec “La mémoire de Clara”, Patrick Besson nous donne à lire un roman hilarant, très ...