Barbouze en version originale

     L’Original, Emmanuel Moynot. Editions Casterman, 80 pages, 18 euros.

    Quand un vieux barbouze croise le chemin d’une jeune gauchiste, la rencontre est forcément explosive.
    Roland Picot, alias “le preux”, alias “l’original”, a tout de “l’affreux”. Ex-para en Algérie ayant basculé dans l’OAS avant de rejoindre le SAC – gaulliste, certes, mais “meilleure option pour barrer la route aux soviets” – il a ensuite apporté ses services au GAL espagnol et traficote avec les contras nicaraguayens en ce milieu des années 90 (“papy Moynot” explique, en prologue, l’historique de ces mouvements plus ou moins disparus).

    Picot se retrouve branché par “Monsieur Henri”, un ex frère d’arme passablement pourri, sur un coup tordu : piquer un chargement d’armes que des jeunes révolutionnaires d’extrême gauche vont dérober dans un dépôt des douanes. Mais tout part en vrilles. Le cambriolage vire au carnage, Picot se trouve confronté à une seconde équipe montée par Henri pour récupérer le butin. Et un flic ripou est sur ses traces. Il tente alors une cavale vers sa maison sécurisée dans le sud, embarquant avec lui Audrey, jeune militante rescapée du cambriolage. Poursuivis par la police et par les troupes d’Henri, le vieux porte-flingue d’extrême droite et la jeune gauchiste vont nouer une étrange relation, dans un huis clos crépusculaire et sanglant…

    Ténébreux et violent, ce nouvel album d’Emmanuel Moynot fait une plongée dans les années 90 et exhume le souvenir de l’équipée meurtrière de Florence Rey et Audry Maupin. Moynot en propose une relecture complexe, l’intègrant dans une succession de manipulations et de coups fourrés où les deux jeunes se retrouvent en fait manipulés et piégés.

    Ces zones d’ombres, dans les arrières-fonds de la République, se reflètent dans des planches aux teintes également très sombres, souvent nocturnes. Et le seul élément qui vient éclairer cette chronique tragique est l’improbable confrontation entre Picot et Audrey. Un choc des idéaux et des valeurs, mais où chacun retrouve son humanité. Une vision assez originale, de fait.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ô Canada !

    We stand on guard, de foi trempée, Brian K.Vaughan (scénario), Steve Skroce (dessin). Editions ...

    Noirs desseins à Angoulême

    Journaliste “blacklisté”, mode d’attribution du grand prix modifié, changement de sponsor, modifications dans l’organisation. ...

    Zlatan, royal

    Zlatan Style: tome 3: pays de m… (censuré), Daniel Fernandes, Edmond Tourriol, Ben KG, ...

    Un beau clair de lune mécanique

    Descender, tome 2: Lune mécanique, Jeff Lemire (scénario), Dustin Nguyen (dessin). Editions Urban comics, ...

    Un climat d’angoisse plane sur les Croques

     Les Croques, tome 2: Oiseaux de malheur, Léa Mazé. Editions de la Gouttière, 72 ...

    Un très bon western au pays de Germinal

    Les gueules rouges, Jean-Michel Dupont (scénario), Eddy Vaccaro (dessin). Editions Glénat, 120 pages, 20,50 ...