Belles images de la belle époque


    [media id=33 width=320 height=240]

    africa_dreams_1

    L’Ombre du roi.- Paul, jeune séminariste, rejoint les « pères blancs » au Congo pour évangéliser la population locale. Il va en profiter pour retrouver son père. Cet ancien chirurgien devenu un colon prospère est aussi un misanthrope farouchement opposé au système mis en place par le roi Léopold II de Belgique.

    Voici donc l’anti Tintin au Congo. Même lieu, grossièrement la même époque, à croire que de l’autre côté de la Méditerranée, le temps n’a pas la même valeur. Mais alors que Tintin, œuvre de commande, était créé pour glorifier la colonisation et le travail des bons pères nous avons ici un autre regard. L’esclavage est interdit mais on implante le travail forcé, on vante la civilisation mais on fabrique des milices dont les trophées sont des mains humaines…
    Ce récit double nous montre, en parallèles, l’histoire de Paul et celle de la conquête d’un territoire immense par un homme seul qui n’y mit jamais un pied. Avec des images d’une grande justesse, cette reconstitution historique joue entre exotisme et romanesque. Envoûtant.


    Africa Dreams T.1 – L’Ombre du roi, Frédéric Bihel, Maryse et Jean-François Charles. Editions Casterman,  56 pages ; 12,50€.


    casino_1

    Casino.- C’est dans le Paris froufroutant de la Belle époque que Madame Georgette tient maison. Elle œuvre avec zèle et diligence à la satisfaction du moindre désir de ses clients et son personnel se montre fort dévoué à la tâche. Et les travaux à accomplir sont propres à faire tourner plus d’une tête. Tenir une maison de plaisirs, n’est pas toujours reposant et Madame Georgette et ses filles doivent souvent se mettre en quatre pour satisfaire ces Messieurs…

    Leste, grivois, érotique, pornographique, culotté (sic) c’est Casino ! Casino qui, en italien, veut dire bordel. Si ce livre n’est, bien sûr, pas à mettre entre toutes les mains il permet aussi de montrer que l’amour tarifé n’est pas toujours triste. Publiée, en France, dans les années 70 dans une version expurgée par l’éditeur (la censure avait de grands ciseaux) nous avons, ici, une version intégrale qui n’est pas dépourvue d’humour non plus.

    Casino, volume 1, Rubino Ventura & Leone Frollo. Editions Delcourt, 336 pages ; 14,95€

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Participez pour tenter de gagner des places de Hockey ! Spécial étudiants

    Tentez de gagner 50 places pour le match GOTHIQUES D’AMIENS / STRASBOURG le mardi ...

    Impostures 2: nouveaux détournements de personnages majeurs

    Impostures, tome 2, Romain Dutreix. Editions Fluide Glacial, 56 pages, 14 euros. La bande ...

    Pourquoi ces petites fables contemporaines de Christophe Chabouté séduisent autant

    Fables amères, tome 2: détails futiles, Christophe Chabouté. Editions Vents d’Ouest, 104 pages, 13,90 ...

    Sloterdijk cause : la bande dessinée, c’est le “djihad”

    Si son statut de 9e “art” peut toujours se discuter (ceci dit, le 8e ...

    Si Versailles m’était conté…

    Versailles, tome 1 : le crépuscule du roy, Eric Adam, Didier Convard, Eric Liberge. ...

    Jean-Claude Michaux, mi-bête, jamais tiède

    Jean-Claude Michaux propose «Alphabêtes», des poèmes consacrés aux animaux. C’est succulent! On connaissait Henri; ...