Black Joke 2 : Le jeu continue

    BLACK JOKE, t.2, Masayuki Taguchi, Rintaro Koike, ed. Ankama, 192 pages, 6,95 euros.

    A peine deux mois après la sortie du premier volume, le second Black Joke est disponible. Suite chronologique, mais sans lien, avec le précédent, il livre de nouveaux épisodes de la vie trépidante – et très sanglante – de Neon Island, cette île artificielle créée dans la baie de Tokyo où règnent vice et violence. Et, surtout ici, violence. Règlements de comptes, traquenards en tout genre, etc. Le sang ne cesse de couler et les petites histoires de s’enchaîner, plaisantes et plutôt à prendre au second degré. Pas de volonté sociologique ou de trame complexe. Le récit se met avant tout au service du dessin de Masayuki Taguchi, qui explose, avec un mélange assez unique de trait fin et soigné… et de têtes décapitées, explosées par des balles, de combats titanesques.

    Plus centré, cette fois, sur l’alter ego de Kiyoshi Kira, le massif Dôji Kadama, Black Joke accorde en revanche plus d’intérêt à ces personnages, archétypaux, passablement dérangés et tout à fait exacerbés, comme l’implacable mafiosi en chaise roulante Runover ou, ici, un sniper obèse et son complice looser, Amiral Johnny (ci-dessous).

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ecoliers et élus redécouvrent la Grande Guerre par la bande à Saint-Quentin

    Lancement en force de l’album “Raconte moi la Grande Guerre à Saint-Quentin en bande ...

    Thomas Morales nous enchante

    Subtil écrivain, il ressuscite cette France d’avant que nous regrettons si fort. Comment ne ...

    Tardi, d’après-guerre lasse

    Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB, tome 3: Après la guerre, ...

    L’homme qui tua John Lennon, portrait d’un tueur trop ordinaire

    J’ai tué… John Lennon, Rodolphe (scénario), Gaël Séjourné (dessin). Editions Vents d’Ouest, 56 p, ...

    Western sanglant à Mafiapoli

    Mafia tabloïds, de Marco Rizzo, Lelio Bonaccorso, Ankama éditions, 82 pages, 13,90 euros. 9 ...