Blacksad sur la bonne route

    Blacksad, tome 5 : Amarillo, Juan Diaz Canales (scénario), Juanjo Guarnido (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

    Après trois ans d’attente, c’est un Blacksad au meilleur de son niveau que l’on retrouve ici. Du moins, s’agissant de l’album. Le héros, lui accuse un gros coup de mou.

    Après son séjour, marquant, à la Nouvelle-Orléans, Blacksad en a marre de jouer au détective privé. Recherchant un boulot tranquille, “où personne ne serait tué”, il se retrouve, par hasard, à conduire une voiture jusqu’à Tulsa (Oklahoma). D’apparence facile, la tâche va singulièrement se compliquer quand il va croiser, tout aussi fortuitement, deux beatniks, une bande de Hells Angels” puis un cirque cachant un gros secret. Pourchassé par deux flics teigneux, il sera encore obligé de mener l’enquête. Enquête ponctuée, comme il se doit aussi, de plusieurs morts et d’une belle tragédie…

    Avec Amarillo, Canales et Guarnido poursuivent leur virée dans l’imaginaire américain des années 50/60 et continuent d’en faire voir de toutes les couleurs à leur héros félin. Après la “période rouge” (et la paranoïa mac carthyste de l’Ame rouge), place à la période jaune. Un amarillo aux couleurs des états du sud, Texas ou Nouveau Mexique, nouvelle terre d’élection de cette aventure du détective new-yorkais, le long (et au rythme) de la mythique Route 66,mais aussi une histoire aux tonalités plus 60′.

    Les deux poètes et leurs papiers...

    Entre la bande de Hells Angels tout droit sortis de l’Equipée sauvage (et un Brando inédit et improbable en beau mouton blanc) et les beatniks allumés évoquent sans peine Allen Ginsberg et le Jack Kerouac de Sur la route, c’est le souffle de l’Amérique contestataire de la beat generation qui s’annonce et anime ce nouveau très bel album. Ici, Blacksad (sans son compère Weekly) s’efface un peu au profit d’autres personnages attachants, comme Chad Lowell, l’écrivain, Luanne, la jolie trapéziste, Donna, la propre soeur du héros ou l’impayable Neal Beato, l’avocat et agent littéraire de Chad. Il s’insère surtout dans une histoire d’une grande densité et d’une belle force tragique. Passant d’un univers à l’autre (de la petite cité texane au monde du cirque, etc), Guarnido est au meilleur de son style. Et si ses personnages animaliers ne surprennent désormais plus, ils émerveillent toujours autant.

    Il devient de plus en plus difficile de déterminer quel est le meilleur album de la série, mais ce tome 5 fait incontestablement partie du haut du panier.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Tour d’Obaldia en quatre-vingts jours

      Lectrice, tu as lu l’interview que l’académicien René de Obaldia (qui a passé ...

    Noé dans un déluge de violence

    Noé, t.3: Et les eaux envahirent la Terre et Noé, t.4: celui qui verse ...

    1968 et après…

    Dany le Rouge passe au vert, Tramber. Editions Soleil, 68 pages, 12 euros Mars ...

    Benoît Delépine n’a peur de rien

    Benoît Delépine devant la brasserie Le Carillon, à Saint-Quentin.     De retour dans ...

    La terrible beauté de Tchernobyl

    Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel Lepage. Editions Futuropolis, 168 pages, 24,50 euros. Au printemps ...

    Jeux concours Loisirsland

    Gagnez 40 places pour “Loisirsland” du mercredi 15 février au vendredi 24 février 2017 à ...