Bons Sauvages de Mélanie Rutten

    LesSauvages_couvLes Sauvages, Mélanie Rutten, éditions MeMo, 40 pages, 14,50 euros.

    Lorsqu’on connaît le travail de Mélanie Rutten, au moment de découvrir une de ses nouvelles parutions, on retient son souffle. C’est que la demoiselle nous a déjà tellement émus l’air de rien, tout en finesse. Ainsi, c’est en apnée que l’on prend entre ses mains Les Sauvages.
    C’était une nuit. C’était il y a longtemps. Perdues dans les marécages, deux maisons se faisaient face. De ces maisons, deux ombres s’enfuirent. Tant de choses, la nuit, se réveillent.” Ainsi, à bord d’un radeau, les ombres s’enfuient dans la forêt. Joyeusement, ils arrivèrent à une clairière où les attendaient de bien curieux personnages, “celui qui pensait toujours aux autres”, “celui qui veillait à manger et dormir”, “celui qui rêvait” et “celui qui s’occupait de grandir.” Parfois “celui qui fait peur” pointait le bout de son nez. Mais comme les autres ne s’occupaient pas de lui, il disparaissait. Ainsi, choyé par les sauvages, le petit grandissait. Mais un jour, il voulu explorer les zones sombres de la clairière. Et soudain l’équilibre fut rompu. Tapie derrière un buisson, “celui qui fait peur” s’ébroua. Mais n’y a-t-il pas moyen de dompter ses peurs pour continuer à grandir ?

    Toujours avec ses merveilleuses aquarelles, cette véritable maîtrise des taches ( ce qui est beaucoup plus dur qu’il n’y parait) Mélanie Rutten nous ensorcèle et nous emmène loin, loin. Toutes les fabuleuses plantes qu’elle dépeint sont véritablement vivantes. On s’attendant presque à ce que les pages se tournent toutes seules. Et puis la demoiselle a le sens de la formule. Avec ses textes d’une simplicité idéale, Mélanie Rutten fait mouche. Nous fait cogiter et nous raconter notre propre version, compréhension de ce qu’elle narre. Car elle n’en dit ni trop, ni trop peu. Ses mots sont des portes ouvertes à nos maux personnels et intimes. Seul petit bémol, ce livre a une fin. Et elle arrive trop vite. Mais bonne nouvelle: le relire encore et encore, ce n’est pas interdit.

    Sauvages_illustration

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les Tuniques bleues n’atteignent pas des sommets

    Les Tuniques bleues, t.57: Colorado Story, Raul Cauvin (scénario), Willy Lampil (dessin), éditions Dupuis, ...

    Vache de vie…

    Coeur glacé, Gilles Dal (scénario), Johan de Moor (dessin). Editions Le Lombard, 62 pages, ...

    Lanfeust, l’intégrale passée à la Hachette

    Après d’autres, c’est l’univers de Lanfeust de Troy qui bénéficie d’une “collection” lancée par ...

    Dieu le pire pour l’Infinity 8

    Infinity 8, tome 3: l’évangile selon Emma, Lewis Trondheim, Fabien Vehlmann (scénario), Olivier Balez ...

    Comme c’est Bouzard…

    Moi, BouzarD, Guillaume Bouzard, éditions Fluide glacial, 64 pages, 14 euros. Vous avez dit ...

    Seuls, toujours rois de l’arène

    Seuls, tome 8 : les Arènes, Fabien Vehlmann (scénario), Bruno Gazzotti, éditions Dupuis, 56 ...