Cartooning for peace s’affiche à Amiens

    L’exposition « Dessins pour la paix » est encore visible dans les locaux de Canopé jusqu’au 1er avril.

    2016-03-18 12.14.36
    Lors de l’inauguration de l’exposition, le 19 mars.

    Exposition réalisée par Cartooning for Peace, mise à disposition par le CLEMI de l’académie d’Amiens et financée par Presstalis.

    Depuis trois ans, Cartooning for Peace, réseau international de dessinateurs de presse engagés, propose aux établissements scolaires une exposition pédagogique itinérante de dessins de presse consacrée aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales.

    Dans le cadre, et le prolongement, de la Semaine de la presse à l’école, cette exposition est encore visible pour quelques jours dans les locaux de Canopé, rue Saint-Leu à Amiens.

    L’objectif est de proposer aux enseignants et leurs élèves une exposition d’une douzaine de panneaux permettant d’analyser en classe le rôle du dessin de presse et de la liberté d’expression et de travailler et dialoguer autour de thématiques fondamentales : « Qu’est ce que le dessin de presse? », « Liberté d’expression », « Peut-on rire de tout ? », « Dessins et religion », « Censure », l’environnement, etc…

    Le dessin de Kichka, repris pour l'affiche de l'expo.
    Le dessin de Kichka, repris pour l’affiche de l’expo.

    Chaque panneau propose une présentation très succinte du thème choisi, illustrée par plusieurs dessins d’auteurs membres de l’association.
    Si l’ensemble manque singulièrement d’infos sur les auteurs exposés, c’est néanmoins l’occasion (pour tous, au-delà des scolaires) de voir ou de revoir quelques belles oeuvres du Suisse Chapatte, du Belge Kroll, des Français Aurel, Chaunu (sur les enfants-soldats en Afrique) ou Plantu, mais aussi de Willem (sur les religions) ou Geluck et d’autres auteurs plus méconnus du monde entier. Ou encore de l’Israëlien Kichka, dont le dessin (excellent avec ses zèbres sur le racisme) sert d’affiche de l’expo.

    Canopé propose également à la vente un petit ouvrage récent, co-édité par le réseau et les éditions de l’Atelier: L’Après-Charlie, vingt questions pour en débattre sans tabou, restituant toutes les questions dérangeantes autour de l’appréhension de l’attentat et les réponses de Jean-Louis Bianco (président de l’Observatoire de la laïcité), Lylia Bouzar (présidente du Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’Islam) et Samuel Grzybowski (président de l’association Coexister).

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    BD: 48h convaincantes

    Premier bilan (positif) de la troisième édition des 48 h BD, qui a eu ...

    Ces bêtes qui ensanglantèrent la Sicile une histoire de Cosa Nostra

    La pieuvre, quatorze ans de lutte contre la mafia, Manfredi Giffone, Fabrizio Longo, Alessandro ...

    Wake and Sea, ou l’éveil funèbre de l’humanité

    The Wake, Scott Snyder (scénario), Sean Murphy (dessin). Editions Urban comics (coll. Vertigo), 240 ...

    “Irmina” toujours sur de bons rails

    Le 4e Prix de la bande dessinée des cheminots – BD sociale et historique ...

    Un autorail vers l’inconnu ou le monde cheminot perdu

     «J’ai vécu au Pigeonnier. J’ai donc vécu à la verticale. Or, dans les villages, ...