C’est un ours, bien sûr !

    Un ours of courseof course, conte musical d’Alice Zeniter et Lawrence Williams, illustrations Julie Colombet, Actes sud Junior, 19 euros.

    Un matin, un ours réalise qu’il déteste sa solitude. Il est triste. Il s’en est rendu compte en voyant un couple de musaraignes chanter une chanson d’amour sur un rocher. Pour ne plus être triste, l’ours décide de tomber amoureux et de se marier.

    Ceci n’est pas une mince affaire, bien sûr. D’autant que l’ours ne connait rien au monde qui l’entoure ainsi qu’à ses habitants. Jusqu’ici, il avait vécu reclus dans une grotte et se nourrissait exclusivement de vers de terre. L’ours réfléchit donc à ce qu’il pourrait dire à une ourse pour la séduire… Puis une croise une belette et lui dit: “Bonjour mademoiselle, je suis un ours bien élevé, bien sous touts rapports, bon CV, Et j’aimerais rencontrer une belle en âge de se marier.” Mais voilà, la belette est un monsieur et non une belle à épouser. Et en plus monsieur belette se permet de se moquer de l’ours. Il en sera de même avec le castor et une famille de tortues. Aucun d’eux ne veut croire qu’il est un ours. “T’es juste un gros chien !” L’ours se dit alors que pour prouver son “ursidité”, il doit tuer un lapin. Un lapin, il en croise justement un. Sauf qu’il ne sait pas à quoi ça ressemble. “Je suis un hérisson” prétendit le lagomorphes à longues oreilles, “et je vais t’aider à trouver des lapins“. En chemin ils croisèrent un hérisson. Le lapin se dépêcha de lui explique l’histoire. “Je suis une loutre !” prétendit le hérisson solidaire. Et belote et rebelote avec tous les animaux de la forêt. Jusqu’à ce qu’ils rencontrent… une ourse…

    Ce long conte de 51 minutes parle d’amour, de quête initiatrice, d’aventure, de rencontre des autres, de solidarité, de tolérance. Durant cette aventure, l’ours mais aussi ceux qu’il croise apprennent à vivre en harmonie avec eux-même, avec les autres. Ils découvrent également qu’ils ne sont pas obligés de suivre l’ordre établi et peuvent être ce qu’ils veulent être.
    Textes drôles et fins, illustrations à la douceur crayonnée, et surtout une narration et mise en musique savoureuses, ce livre-cd est une très belle parution à écouter en famille. Un disque qui n’irritera pas les oreilles des parents terrorisés à l’idée de subir un simili Henri Dès. Vous vous surprendrez vous-même à chantonner “C’est un ours of course, c’est un ours.”
    [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=x9sE5wO7mKg[/youtube]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un dimanche après-midi, sur le chemin de halage, à Amiens

     Il y avait longtemps que je ne m’étais pas promené sur le chemin de ...

    “Jojo” est orphelin

     André Geerts, le père  « Jojo » et de «   Mademoiselle Louise » est ...

    Western tragique en Nouvelle-Calédonie

    La Vallée du diable, Anthony Pastor. Editions Casterman, 128 pages, 20 euros. Après leur ...

    Ile était une foi, contre le tourisme à la masse

    Le retour, Bruno Duhamel. Editions Grand Angle / Bamboo, 96 pages. Pour son premier ...