Chaos debout à Kinshasa : retour réussi sur le “combat du siècle”

    Kinshasa_couvChaos debout à Kinshasa, Thierry Bellefroid (scénario), Barly Baruti (dessin). Editions Glénat, Collection « hors collection »,112 pages, 22 euros.

    Le championnat du monde de boxe des poids lourds, Foreman – Ali, en 1974 à Kinshasa, capitale du Zaïre (redevenu en 1997 République démocratique du Congo après la capitulation du président-dictateur Mobutu), reste considéré comme le combat du siècle. Tant par sa portée politique que sportive. Un événement extraordinaire au sens premier du terme, d’aucune manière transposable au XXIe siècle. Mais en 1974, avec Mobutu et Mohamed Ali, qui avait abandonné son surnom de Cassius Clay en se convertissant à l’Islam, tout paraissait possible.

    Fanatisé et obnubilé par son égocentrisme, Ali réalisa un combat incroyable face à George Foreman, jusqu’alors la force tranquille dans la catégorie reine de la boxe, pour reconquérir un titre dont il avait été déchu après avoir refusé d’aller combattre au Vietnam. Tout un contexte parfaitement exprimé par l’impeccable scenario de Thierry Bellefroid et le dessin de Barly Baruti dans Chaos debout à Kinshasa, un album allant bien au-delà de son simple, mais néanmoins subtil, jeu de mots qui préside au titre.

    Cette intrigue sous de forme de fiction – les auteurs tiennent à le repréciser dans leur postface – nous présente l’époque hors norme de ce Zaïre terrorisant et terrorisé en son sein, sous la coupe mégalomaniaque de l’impitoyable Mobutu aux mains couvertes du sang d’innocents, mais pas que… Tant les aventuriers, espions, politiciens véreux et amateurs de corruption, ont servi comme se sont servis de la situation.

    C’est aussi tout ce que recèle cette BD aux clichés évocateurs magnifiés par les couleurs et les traits du dessinateur congolais, et au rythme du semblant de romance initiée par des motivations dangereuses entre Ernest, le Black de Harlem, et Blanche, jeune zaïroise qui rêve d’Amérique, sur fond, aussi, de l’hystérie de la guerre froide.

    Au final, cet album est un véritable bijou où toute l’action est induite directement ou indirectement au profit du combat du siècle, le plus immense des prétextes à un retour sur cette tranche sombre de l’histoire de l’Afrique et du monde.

    kinshasa_planche

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une guerre d’enfer

    Les divisions de fer, tome 1: commando rouge, Jean-Luc Sala (scénario), Ronan Toulhoat (dessin). ...

    Marcas sort bien de l’ombre

    Marcas, maître franc-maçon, le rituel de l’ombre, tome 1, Giacometti, Ravenne, Parma, éditions Delcourt, ...

    Papillon vole (toujours bien)

    Le rêve du papillon, tome 3: les ficelles du cordonnier, Marazano, Luo Yin. Editions ...

    Tout se tient dans ma drôle de vie, lectrice…

    Tout se tient dans ma drôle de vie, lectrice, mon amour. Au Gaumont d’Amiens, ...

    Waterloo, l’histoire de la légende

    Waterloo, le chant du départ, Bruno Falba (scénario), Christophe Regnault (story board), Maurizio Geminiani ...

     Florida ou l’énergie sexy

        Que veux-tu, lectrice adulée, adorée, convoitée, sensuelle et sans suite, je suis ...