Grande Guerre Charlie_8_couvLa Grande Guerre de Charlie, tome 8: le jeune Adolf, Pat Mills (scénario), Joe Colquhoun (dessin). Editions Delirium, 116 pages, 22 euros.

    Huitième album, déjà, des aventures de Charlie Bourne, “tommy” durant la Grande Guerre. Et toujours des surprises.

    En décembre 1917, Charlie est désormais tireur d’élite sur le front ouest. Un rôle qui le place en duelliste avec son alter ego dans les tranchées ennemies. Chacun cherchant la faille qui permettra d’éliminer l’adversaire et préserver ses camarades des balles du snipper invisible. Ce face à face permet une incursion du côté allemand, où l’on mieux connaître un soldat pas comme les autres, aperçu à la toute fin du tome précédent: Adolf Hitler ! Un jeune Adolf déjà patriote fanatique et nettement plus rigide que les autres membres de son unité qui, à l’image des Anglais, sont las de cette guerre qui s’éternise. Noël sera donc l’occasion d’esquisser une rapide trêve des armes.

    Autre personnage très présent dans ce volume, amenant une digression par rapport au héros de la série : Wilf Bourne, le jeune frère de Charlie. S’étant engagé, il est versé dans l’aviation comme “PBO” (pauvre ballot d’observateur). S’il espère devenir pilote, il devra en passer par diverses épreuves et brimades avant d’arriver à s’intégrer dans la caste des aviateurs. Il vivra des relations tumultueuses avec son pilote et traversera divers drames révélant le courage, comme la lâcheté, aussi bien des officiers que des soldats du rang.

    La fin de l’album ramène la série en terrain plus connu, avec les retrouvailles avec Charlie Bourne, toujours snipper et de nouveau confronté à la rancune tenace d’un sous-officier…

    Grande Guerre de Charlie_8_Hitler_caseAprès un tome 7 déjà très fort dans son évocation d’un épisode méconnu de la guerre (la mutinerie du camp britannique d’Etaples, dans le Pas-de-Calais), Patt Mills et Joe Colqhoun continuent de creuser les a-côtés de la “grande” guerre. L’évocation du jeune Adolf Hitler est ainsi, paradoxalement, l’occasion de montrer les Allemands sous un aspect positif. Pas tant, bien sûr, le futur führer (déjà passablement antipathique) que les autres soldats, parfaits reflets des britanniques, dans leur existence au quotidien, soumis aux mêmes angoisses et à la même dure vie des tranchées (et équipés des mêmes mitrailleuses Vickers, allusion discrète au rôle ambigu des marchands d’armes durant le conflit !). Cet humanisme nimbé d’antimilitarisme et cette approche très quotidienne de 14-18, loin des figures habituelles des séries “de guerre”, sont présents encore tout au long de ce huitième tome, avec par exemple une vision nettement moins “chevaleresque” du monde de l’aviation ou, une fois encore, une description saisissante des punitions corporelles infligées dans l’armée britannique.

    Mais, série “populaire” Charley’s war” conserve le rythme et les rebondissements du “pulp”, avec son lot de rebondissements et d’aventures assez extraordinaires. La partie avec Wilf permettant en plus à Joe Colquhoun de dessiner des planches assez époustouflantes de combats aériens (domaine qu’il abordera aussi dans sa série Johnny Red). Dans les airs comme au sol, il déploie le même talent graphique, dans les détails comme dans l’expression des personnages. Et, comme l’équipe Délirium l’explique en postface, cette édition française réalisée à partir des planches originales (lorsqu’elles sont encore disponibles) rend bien honneur à son travail.

    A noter aussi, dans le dossier clôturant l’album, après les traditionnels – mais toujours intéressants – commentaires de Pat Mills sur chaque épisode, un petit dossier sur Hitler et la Première Guerre mondiale.

    Grande Guerre Charlie_8_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Grand Prix de la critique ACBD 2015 dévoilé lundi

    Aboutissement de deux mois de délibérations et de trois tours de scrutins, le Grand ...

    Les Bidochon entrent au musée

    Un jour au musée avec les Bidochon, Binet, Ramade, Lacote, éditions Fluide glacial, 92 ...

    Un monde à part

    Jonathan est très nerveux. Il ne découvre pourtant pas la chose judiciaire puisque son ...

    Nouvelle séance de dédicacechez Bulle en Stock avec Regric

    Après Silvio Camboni, ce jeudi, la librairie Bulle en Stock d’Amiens accueille un nouveau ...

    Un oligarque, du pétrole et des idées

    Koralovski, tome 1: l’Oligarque, Philippe Gauckler. Editions Le Lombard, 48 pages, 12 euros. Il ...

    A la santé de Martha !

    XIII Mystery, tome 8: Martha Shoebridge, Frank Giroud (scénario), Colin Wilson (dessin). Editions Dargaud, ...