Charlie hebdo de nouveau attaqué pour un dessin

    Vivant désormais sous le feu des projecteurs et bénéficiant d’une audience nettement plus grande, il n’est presque plus une semaine sans que Charlie hebdo ne suscite la polémique. Cette semaine, ce sont les associations de défense des handicapés mentaux qui s’indignent.

    Charlie-trisomiqueAprès celui consacré au petit Aylan, c’est un autre dessin de Riss – qui fait la couverture du numéro de cette semaine – qui fait le “bad buzz”. Pour le coup, la cause est plus défendable. Et, en tout cas, plus correctement défendue par certains. Le dessin contesté montre donc Nadine Morano dans les bras du général de Gaulle, dévoilée comme : « La fille trisomique cachée de de Gaulle». Association d’idées entre la vraie fille trisomique du général de Gaulle, décédée à 20 ans, et la référence faite par Nadine Morano aux propos qu’aurait tenu de Gaulle sur la “race blanche”.

    Parmi les contempteurs de cette une – en laissant de côté Philippe de Villiers et la fondation Jérôme Lejeune, qui instrumentalisent déjà le débat pour mener une campagne anti-IVG ou certains élus de droite qui trouvent manière de s’indigner à bon compte – on trouve une mère de famille, Caroline Boudet, qui vient de donner naissance à une petite fille trisomique.  Dans une lettre ouverte sur facebook, elle s’avoue blessée par cette couv’. Et si elle affirme respecter Charlie Hebdo et le lire avant même le 7 janvier, c’est pour trouver cette une “ratée”. Et son argumentation n’est pas dénuée d’intérêt…

    Aujourd’hui, Charlie, tu crois faire du mal à Nadine Morano en la qualifiant de fille trisomique de De Gaulle. Tu sais quoi Charlie, c’est raté. Tu fais du mal à tous les proches de personnes trisomiques. Laisse moi te dire quelque chose: l’intelligence, c’est l’ouverture d’esprit, l’acceptation de l’autre. La bêtise, c’est le racisme, l’intolérance, c’est Morano. La bêtise ce n’est pas la trisomie.
    Trisomique, ma fille ne dira pour autant jamais la moitié des conneries que peut sortir Morano pour racler les fonds de tiroir électoraux. Parce que l’intelligence, ce n’est pas une question de gènes.
    Alors voilà Charlie, aujourd’hui, je te soutiens toujours, tu as le droit de faire de l’humour comme tu l’entends. Mais ta couv me blesse, et en plus elle est ratée.”

    Habitué à des critiques venant de ses adversaires – quand ce n’est pas des appels à la mise à mort – Charlie, là, se voit critiqué sur ses propres valeurs. Et les arguments portent. D’autant qu’il est indéniable que le terme “trisomique” est ici utilisé de façon péjoratif, en synonyme de crétin ou d’abruti. Et, de fait aussi, il ne s’agit pas là non plus, à mon avis, de la meilleure couv de Charlie Hebdo.

    Mais il faut admettre (et il faut reconnaître que Caroline Boudet le fait) que la satire fait d’autant plus mal quand elle nous touche personnellement. Et que c’est justement là que se joue son degré d’acceptation. Il est toujours plus facile de rire des autres que de soi-même. Accepter le dessin satirique, c’est accepter, de fait, d’être “blessé” – ce qui fait quand même moins mal qu’une rafale de kalachnikov.
    De plus, cette nouvelle polémique, complaisamment relayée, rappelle un peu le procès qui avait été fait à Patrick Timsit au sujet des “mongoliens” assimilés à des crevettes roses. Quand, même portée par les plus nobles intentions, l’émotion tourne à la demande de censure, ou d’auto-censure.
    Enfin, comme l’historien spécialiste des médias Christian Delporte le rappelait hier sur Twitter, Charlie Hebdo est habitué à ces dessins – que l’on pourra bien sûr qualifier de mauvais goût – sur la question. Et il ne semble pas qu’en 1992, la couv ait suscité tant de réactions.

    Alors, laissons les dessinateurs faire leurs dessins – de plus ou moins bon goût – avec, toujours, la possibilité, de tourner la page ou le regard lorsqu’ils ne plaisent pas.

    delporte

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • RemyDoc

      Bonjour.
      Je commence par un merci :

      ENFIN ! Enfin, un avis subtil qui à saisi la nuance du propos de Caroline Boudet.
      Je me desesperais de ne lire que des torrents de haine et des vautours récupérateur venir servir des intérêts qui ne sont pas ceux de Trisomie.

      Elle est touché par la Caricature uniquement parce-qu’elle continue une veille tradition malheureuse d’association entre La trisomie et la Bêtise. Si la une de Charlie fut de moquer une personne trisomique, comme le fit Timsit, les choses furent peut être différentes. Il est vrai que La couv de 1992 n’avait pas eut cet echo. Celle de 2015 oui. En 1984 l’homosexualité etait encore un crime. en 2015 elle ne l’est plus. Les choses changent. Les regards deviennent différents.
      C’est là le seul combat à mener pour la trisomie et pour la handicap : changer le regard pour une société plus inclusive et plus positive. C’est le sens du post facebook et des autres précédents.

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les géants verts sortent de leurs boîtes

    World War X, tome 1 : Hédius, Jerry Frissen, Peter Snejberg, éditions Le Lombard, ...

    Actes Sud enrôle Brecht Evens pour raconter la fresque de ses 40 ans

    Réputée depuis longtemps pour sa politique éditoriale et connue désormais par la présence de ...

    Corto Maltese ne perd pas le nord

    Corto Maltese, tome 13: sous le soleil de minuit, Juan Diaz Canales (scénario), Ruben ...

    Cases d’Histoire passe en revue Napoléon

    Troisième numéro, déjà, pour Cases d’Histoire. Après la place des femmes et le nazisme ...

    On the Road again sur la Route 66

    Route 66, Georges Abolin. Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros. Pompiste près du périph’ ...

    Le loup en voit de toutes les couleurs

    Le jour où Loup Gris est devenu bleu, Gilles Bizouerne et Ronan Badel, Didier ...