Charlie Hebdo, un mois après : le livre et la bande dessinée

    Il y a tout juste un mois, le journal Charlie Hebdo était attaqué. Début d’un raid sanglant qui fera 17 victimes. Aujourd’hui, une bande dessinée collective d’éditeurs et un livre de poche paraissent, en hommage.

    Nous sommes charlie_livre de poche La BD est Charlie Un mois déjà, un mois à peine que les frères Kouachi attaquent à la kalashnikov l’équipe de Charlie Hebdo, assassinant cinq dessinateurs, deux chroniqueurs, un correcteur mais aussi un employé d’entretien, deux policiers et un invité de la rédaction ; massacre complété par Amedy Coulibaly, qui tuait de son côté une autre gardienne de la paix et quatre clients juifs d’un hypercasher.

    Un mois tout juste après le drame, et après diverses autres initiatives plus ou moins spontanées et plus ou moins commerciales, deux petits livres arrivent en rayons, en hommage à la liberté d’expression et au travail, en particulier, des dessinateurs de presse. Avec des bonheurs variables…

    Tous Charlie d’Attali à BHL

    On ne dira pas grand chose de Nous sommes tous Charlie, bouquin sorti au Livre de Poche et réunissant “60 écrivains réunis pour la liberté d’expression”, sinon que ça sent l’ouvrage rapidement concocté, à base de textes passablement hétéroclites (de Voltaire à Caroline Fourest ou Charlotte de Turkheim). Et de voir le livre débuter par un texte de Jacques Attali, d’y trouver l’inévitable tribune exaltée de BHL ou des textes de Beigbeder et PPDA à côté de Diderot et Gérard Mordillat… suffit finalement à en résumer la portée. Après, c’est pour la bonne cause, pas trop cher – 5 euros – et les bénéfices seront reversés à Charlie Hebdo).

    173 dessins offerts pour Charlie

    Plus dans le cadre de ce blog, La BD est Charlie, oeuvre réalisée à l’initiative du groupe BD du Syndicat national de l’Édition, coordonnée par Glénat, révèle aussi son côté “vite-fait”. Mais elle n’en demeure pas correctement et sobrement éditée.

    En petit format, elle réunit 173 dessins originaux, réalisés en réaction à l’attentat. Pas mal d’entre eux ont certes déjà été vus sur les réseaux sociaux ou dans les numéros spéciaux des magazines déjà sortis par Spirou ou CaseMate. Et l’intégralité des dessins sont visibles sur les deux albums de la page facebook (ici et ) du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

    Dessin de Domenico Rosa pour Il Sole 24 ore
    Dessin de Domenico Rosa pour Il Sole 24 ore

    Mais certains sont plus inédits que d’autres (enfin, pour moi en tout cas). Ainsi de la nouvelle variation autour de La Liberté guidant le peuple de Delacroix par Mathieu Reynès qui, subtilement, se contente de faire de Gavroche un crieur de journaux brandissant à bout de bras Charlie Hebdo. Ou, tout aussi subtil, le jeu graphique entre un phylactère et une gâchette de pistolet, dessiné par Domenico Rosa pour le journal italien Il Sole 24 ore.

    Certains dessins ont aussi, une férocité bienvenue (je pense à celui d’Yves Montagne sur le “retour de manif”, où un salarié montre une pancarte “je suis en retard” et son patron une pancarte “tu es viré”, ou encore celui d’Alex Rakham ou deux hommes, apprennent l’assassinat des 12 victimes de Charlie Hebdo et s’indignent du “putain de massacre”, tandis qu’en arrière-plan une ville est bombardée et la population massacrée par des soldats en armes).

    “L’humour est un coup de poing dans la gueule”

    Dans ce registre, les éditeurs de l’album ont eu la bonne idée et le bon goût de placer en exergue du livre des propos de Cavanna, co-fondateur de Charlie Hebdo, propos écrits en 2012 au lendemain de l’incendie criminel des locaux de Charlie Hebdo:

    "Quand, avec Choron, "mon frère", nous avons pris le risque de lancer Hara Kiri, puis Charlie Hebdo, nous n'avions pas l'intention de faire de l'humour 
    - "faire de l'humour" ! quelle dérision - mais bien de rire, de rire et de faire rire sans entraves, sans tabous et sans prétendre réformer les moeurs ou la morale.
    Rien n'est sacré. Pas même le bon goût. Pas même le militant. Surtout pas le croyant. Ne croyant à rien de transcendant, nous n'avions rien à respecter. L'humour est un coup de poing dans la gueule. Cette phrase, que je revendique, fut notre profession de foi.
    Rien n'est tabou, rien n'est sacré. Le partisan rit de son adversaire, le croyant rit du croyant d'en-face. Ne croyant en rien, n'adhérant à rien, nous riions de tout et de tous. Le rire est brutal, provocateur, imprévisible, injuste, sans pitié. Il ne venge, ne punit ni ne juge. Il s'en fout. 
    Le rire est la cruauté à l'état pur. Ce qu'on appelle "l'humour" n'est qu'un petit donneurs de leçons, un moraliste châtré."

    Personne n’est obligé de partager l’avis de Cavanna, mais alors que renaissent les exégèses sur la “responsabilité” du caricaturiste, les “sensibilités” à préserver et les “limites à ne pas dépasser”, ce texte a le mérite de rappeler, a posteriori, l’approche libertaire de ce qui fit l’ADN de Charlie Hebdo.

    Et, là encore, c’est pour la bonne cause: les bénéfices de l’album iront aux familles des 17 victimes.

    Mathieu Reynès réinterprète Delacroix
    Mathieu Reynès réinterprète Delacroix

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le bon temps des Mitaines

    Le Temps des Mitaines, Anne Montel (illustrations), Loïc Clément (texte). Editions BD Didier Jeunesse, ...

    Homme libre, toujours tu chériras l’amer

    Canardo, tome 22 : Le Vieux Canard et la mer, Sokal. Editions Casterman, 48 pages, ...

    Un Fluide glacial complètement différent avec les Monty Python

    Fluide glacial, le magazine d’umour et de bandessinée vit une période un peu agitée ...

    Abélard va vraiment connaître l’Amérique

    C’était l’une des bandes dessinées les plus poétiques, émouvantes et réussies de l’an passé, ...

    Délectable “Diletta” de Tezuka

    La grande pagaille du Diletta, Osamu Tezuka, éditions FLBLB, 400 pages, 20 euros. Si ...

    Une sélection de bonne bande dessinée féministe

    La fin de l’année est le moment pour attribuer prix et récompenses. Après le ...