Christophe: le neveu de la nuit

         Christophe à la Maison de la culture d’Amiens, un début de nuit (bien sûr) de tout juste printemps, c’est-à-dire quelque part dans l’Univers. Il fait presque froid, cru, en tout cas. Un début de printemps comme il doit en exister dans les territoires de l’Est, ces plateaux exposés, celui de Langres, par exemple (et pourquoi pas?), celui de Diderot. Tiens lectrice, un début de printemps cru dont l’air eût pu caresser la peau de l’enfant Diderot en 1723. Le rapport avec Christophe? Aucun. C’est là le plaisir du chroniqueur: raconter ce qu’il veut, quand il veut, où il veut, en tout cas dans l’espace qui lui est dévolu dans ce cher journal. Si, je tiens de rapport: j’aime Denis Diderot et j’aime Christophe. La différence? Je ne me suis pas plus intéressé à la première partie du Neveu de Rameau, œuvre magistrale, archétype même du roman français «moderne» (moderne: quel mot horrible et absurde. C’est un mot libéral. Libéral: mon insulte préférée actuellement.) J’avoue que j’ai préféré, et de loin, la seconde partie du concert de Christophe à la première au cours de laquelle il restituait les morceaux de son dernier album Les Vestiges du chaos. Non pas que cela fût mauvais, agaçant, non; tant s’en faut! Mais c’était nouveau. Et, à mon âge, on préfère les gâteries au goût d’antan, les arômes qui vous rappellent ceux de l’enfance, les saveurs de terres conquises, retournées, labourées, l’humus rassurant de ce qui a été. (La Réaction m’a pris il y a quelques mois, comme la grippe espagnole a emporté Guillaume Apollinaire, la syphilis, Alphonse Daudet. Je ne m’en porte pas plus mal; j’eusse pu être dévoré par des ambitions libérales ou noyé par la vague macroniste.) Christophe y égrena ses impérissables succès, qu’il peut paraître vulgaire aujourd’hui de qualifier de tubes (tout ce qui n’est pas moderne aujourd’hui devient vulgaire; quelle époque de crétins!): «Paradis perdus» «Les mots bleus», «Les marionnettes», «Señorita»… D’abord seul au piano – son élégance de dandy blond-blanc septuagénaire, se reflétait sur l’ébène glacée de l’instrument dans la presque nuit de la scène – il appela tour à tour et un à un ses musiciens à l’accompagner. J’en profitais pour admirer le physique de jeune fille, la jupe plissée, les petits bonds de biche, et surtout le jeu de basse splendide de Rachel. Incroyable : le comédien Vincent Lindon le rejoignit sur scène pour interpréter, à ses côtés, une chanson ; il se peut qu’il refasse le coup, selon son emploi du temps, au cours d’autres concerts de la tournée. Christophe: du grand art. Cette même douce impression, je l’ai retrouvée, au cours du dernier weekend, en me rendant au Salon du livre d’Abbeville, à l’espace Saint-Andr

    Lucien Suel.

    é. Les ami(e)s écrivains étaient nombreux. J’étais heureux de les y retrouver dans une ambiance conviviale, fraternelle, confortée par une organisation impeccable. Parmi eux: Lucien Suel, le poète, écrivain et dessinateur des Flandres, qui me parla avec enthousiasme de ses deux nouveaux livres: Ni bruit ni fureur, des poèmes, à La Table Ronde, et Angèle ou Le Syndrome de la wassingue, que publie la souriante Dominique Brisson dans sa maison d’édition Cours Toujours, basée dans l’Aisne. L’Aisne de mon enfance. La boucle est bouclée.

                                                      Dimanche 26 mars 2017

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    20 albums indispensables à lire cet été

    Toute l’année, les journalistes de l’ACBD, spécialisés en bande dessinée, lisent des milliers d’albums. ...

    Faux départs mais bonne arrivée pour Cédric

    Cédric, t.28: faux départs, Cauvin (scénario), Laudec (dessin). Editions Dupuis, 48 pages, 10,60 euros. ...

    La thérapie par le rire avec M.Champion

    La méthode Champion, Monsieur le Chien (scénario), Pixel Vengeur (dessin). Editions Fluide glacial, 48 ...

    Cailloux du souvenir dans mon beaujolais nouveau

          Le beaujolais nouveau était arrivé. Le bistrot Les Trois Cailloux, place ...

    Une histoire d’amour iranienne primée par France Info

    Le 23e Prix franceinfo de la BD d’actualité et de reportage a été attribué ...