Daniel Maghen – Christie’s : le catalogue du rêve

     Ce bel album épais de 230 pages, soigné, voire luxueux, avec en couv’ la bobine d’un Gaston Lagaffe forcément un peu ahuri…. est un catalogue ! Oui, un catalogue. De bandes dessinées.

    Catalogue_Christie's_-_21_mai_2016Un trésor à vrai dire. Puisqu’il recèle toutes les valeurs présentées à Paris ce samedi 21 mai (à 14h30) par Christie’s Paris et Daniel Maghen, au 9 avenue Matignon (VIIIe arrondissement) pour leur troisième vente annuelle de bandes dessinées et illustrations.

    En fait, c’est toute l’histoire du 9e art qui défile au long des pages de ce « catalogue » susceptible de devenir lui-même à terme une pièce de collection truffée de… pièces de collections ! Avec leurs prix. Pour collectionneurs avertis. Donc riches. Et même richissimes. Sinon, comme s’offrir pour la modique somme de 160 à 180 000 € selon les estimations, la couverture originale du Journal Tintin dans sa version belge de mai 1948, relative au « Secret de l’Espadon », un album de Blake et Mortimer (page 171 du catalogue) ?

    Vous voulez du « plus cher » ? Le champion des champions, en la matière, reste Tintin. Une planche originale de Coke en stock (19e opus des aventures du reporter à la houppette), édité par Casterman en 1958, vaut entre 250 et 300 000 € ! A découvrir page 158…

    Christie's_-_coke_en_stock_-
    Une planche originale de Coke en Stock, clou de la vente.

    Même tarif pour une affiche de l’exposition universelle de 1967 avec Tintin, Milou, Haddock, Dupont et Dupond, et Tournesol.

    Mais E.P. Jacobs et Hergé ne sont pas seuls dans ce véritable panthéon. Uderzo, Franquin, Morris, et aussi Will, Gotlib, Gibrat, ou encore Vance, Francq, Loisel, Tardi… Pas un monstre sacré ne manque à l’appel.

    Tous les héros de notre enfance, de notre adolescence et de notre âge adulte, se succèdent et se démultiplient à l’envie avec, entre chaque case, chaque planche, chaque couverture, un juste prix. Celui du talent et de l’art. Explicités par des textes (essentiellement de l’expert Didier Pasamonik) qui sont autant de mises en perspectives, voire de cours d’histoire de la BD.

    Un délice que cette succession d’illustrations magiques. Jijé ouvre le bal du plaisir par un vieux dessin faiblement coté (entre 2000 et 3000 €). Un prologue avant le début du feu d’artifice avec Lucky Luke, les Daltons et Billy the kid, puis Chlorophylle et le Génie des Alpages, avant Buck Danny, Barbe-Rouge ou Alix… Ils sont venus, ils sont tous là, Geluck comme Sempé, Bilal, Leo ou Druillet. Avec le Marsupilami ou Spirou, il y en a pour tous les goûts, des anciens aux modernes comme XIII et Largo Winch, en passant par le western (Blueberry), le fantasque (Pierre Tombal) et le fantastique (Le transperceneige), le coquin (Manara) et la coquine (Druuna), le génial (Rosinski) et le génie (Jean Giraud alias Moebius), la préhistoire (Rahan) et l’histoire (Il était une fois en France), l’absolu (Schuiten) et l’infini (Hermann). Une liste sans fin, comme le bonheur d’un collectionneur étourdi par l’ampleur d’une galerie idéale.

    Galerie symbolisée par ce catalogue rêvé, représentatif d’une vente de plus de 200 planches, couvertures et éditions originales, valorisées globalement à plus de 2,5 millions d’€. Comme aurait pu le dire Obélix, de la partie, bien évidemment, lui aussi, « ils sont fous ces collectionneurs ».

    Du côté des "contemporains": Dessin de couverture de l'intégrale du "Vol du corbeau", de Jean-Pierre Gibrat. Estimé entre 40 000 et 50 000 euros.
    Du côté des “contemporains”: Dessin de couverture de l’intégrale du “Vol du corbeau”, de Jean-Pierre Gibrat. Estimé entre 40 000 et 50 000 euros.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Beaux-Arts” met le Sexe sous plastique

    Nouvelle incursion dans la bande dessinée pour Beaux Arts Magazine. Après les manga ou ...

    Les dessins censurés ont franchi l’Atlantique !

    L’onde de choc de la censure de l’expo des dessins érotiques à la bibliothèque ...

    Besson, mine de rien

     Dans la veine de « 28, boulevard Aristide-Briand », Le Jour intimes, court recueils de récits, ...

    Sea, Sun (peut-être) et Sex

    Sea, sexe and sun. Si la mer est toujours là, le soleil se fait ...

    Château fort

    Des dieux et des hommes, tome 4 : un château en Bavière, Jean-Pierre Dionnet, ...

    Mes coups de coeur BD de 2012

    Petit palmarès personnel pour terminer cette année 2012, moins forte peut-être que la précédente ...