De bien beaux instants de vie avec Jim

    de beaux moments_couvDe beaux moments, Jim. Editions Grand Angle, 136 pages, 18,90 euros.

    C’est à l’instant où ils nous filent entre les doigts qu’on réalise que c’étaient de beaux moments“. L’ambition et l’objectif de Jim sont bien résumés par cette phrase, qui termine le livre (et qui est judicieusement reprise au dos de la couverture). A travers douze histoires courtes, ce spécialiste des récits sentimentaux et (plus ou moins) romantiques, revient sur de tels moments marquants, pour une histoire d’amour, d’amitié, de souvenirs familiaux.

    Un père songe à l’enfance irrémédiablement perdue de ses enfants ; une jeune femme qui s’était laissée aller, dans l’ivresse d’une soirée, à une proposition de bain de minuit adultère hésite à conclure ; un mari vieillissant pense à sa femme ; une quadragénaire qui trouve une seconde jeunesse dans une séance photo coquine ; la naissance d’une grande amitié virtuelle sur facebook ; un homme qui pense à son père trop pudique pour lui avoir jamais affirmé son amour ; un texto qu’il aurait mieux valu ne pas faire parvenir à sa mère ; une idée de cadeau d’anniversaire géniale et risquée. Et puis, un peu en contre-exemple, une soirée de Noël vraiment trop originale ou une compilation de photos d’instants “pourris”, pour “au moins apprécier la vie à venir“…

    Ce nouvel album de l’auteur d’Une nuit à Rome ou de Héléna commence très fort, avec la courte histoire qui ouvre le livre : en quatre planches (dont deux dessins pleine page), tout est dit sur la mélancolie et l’inéluctabilité du temps qui s’écoule et du sentiment des parents qui voient leurs enfants grandir, sans retour.
    Les autres récits – contrainte inhérente à tout recueil de ce genre – sont forcément inégaux, plus ou moins intenses et réussis. Quelques uns dénotent même, lorsque l’humour vient se substituer à l’émotion qui domine l’ensemble. Mais tout est restitué avec sensibilité et délicatesse, dans le trait comme dans la finesse des textes. A l’image de cet extrait, dans l’épilogue : “Tu es toujours surpris comme un nom de rue, une demeure, une chanson, un détail insignifiant suffisent à éveiller de sentiments qui dorment, étouffés sous une couverture, loin de ce qui t’anime au jour le jour…” Ce sont ces mêmes sentiments humains sur lesquels Jim joue, avec talent, ici.

    [youtube]http://youtu.be/xQlxgF9ZIM4[/youtube]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    World War Wolves: Quand l’homme devient (vraiment) un loup pour l’homme

    World War Wolves, tome 1: Dieu a de l’humour, Jean-Luc Istin (scénario), Kyko Duarte ...

    Procès de Florian Dymond pour tentative de meurtre à Ham

    Premier article reproduit avec l’aimable autorisation de mon confrère et collègue Gautier Lecardonnel 16 ...

    Leur compte (bancaire) est bon avec Prado

    Proies faciles, Miguelanxo Prado. Editions Rue de Sèvres, 96 pages, 18 euros. Au printemps ...

    Un nouvel éditeur qui met les points sur les “i” en bande dessinée

    Nouvelle année et nouvelle maison d’édition : “i” comme images. Le “i” est “la ...

    Bulles franco-chinoises

    Depuis le temps qu’on nous l’annonçait. Voilà, c’est fait : les Chinois sont arrivés ...

    La grande Battle, saison 2 : c’est ce soir à Amiens

    Apéro “off” des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, la seconde Battle de dessins ...