De l’archéologie à la résistance FTP, Alain Nice est un passionné

    Médiateur culturel à la conservation des musées du Conseil général de l’Aisne, Alain Nice est également médiateur du Musée des temps barbare, à Marle.

     

    Alain Nice, historien, archéologue, historien.Alain Nice, écrivain, historien, enfant, en 1962 ou 1963, à l'école de son village.

    Détaché de l’Éducation nationale et médiateur culturel à la conservation des musées et de l’archéologie du Conseil général de l’Aisne, historien et archéologue faisant fonction de conservateur du musée des Temps barbares de Marle. Écrivain. Historien de la résistance FTP dans l’Aisne. Homme de gauche. (Pas la gauche caviar ni bobo; la gauche ouvrière.) Difficile de définir Alain Nice car il a plusieurs cordes à son arc. Né le 2avril1952 à Bosmont-sur-Serre, dans l’Aisne (où il passe toute son enfance et son adolescence), dernier d’une famille de neuf enfants, d’un père bûcheron, originaire de Thiérache, et d’une mère, femme au foyer, il avoue avoir joui d’une enfance heureuse. Avec des valeurs. Normal: son père, né en1907, mobilisé dans la cavalerie au début de la seconde guerre mondiale, revient avec un genou broyé. Ça n’empêche pas ce patriote d’entrer en avril1943 en résistance dans le groupe OCM de Tavaux. Après l’école primaire au village, il arrive au lycée de garçon de Laon en septembre1963.Il est bon en histoire-géographie, lit Jack London, Alexandre Dumas et les grands classiques. En1972, il obtient son bac A4. «Au lycée, j’ai fait mon apprentissage politique en militant dans les comités d’action lycéens en1969, 70 et 71.On a même fait des grèves de la faim pour boycotter la nourriture du réfectoire et pour améliorer la vie en internat.» Il arrive à la fac d’histoire d’Amiens en1972, loge à la résidence du Bailly: «J’ai connu mon cardiologue alors étudiant en médecine. Il est devenu chef du service cardio de Laon. Je l’ai retrouvé en octobre1989 lors de mon infarctus. Quinze jours de réanimation.»

    Il garde d’excellents souvenirs d’Amiens, ville de francs engagements politiques: Front rouge, amitié franco-chinoises: «J’ai terminé dans un groupuscule nommé Révolution, synthèse entre les maoïstes et les trotskistes…» Il fréquente assidûment les cinémas. Deux à trois films par semaine. Licence d’histoire; passe le Capes à deux reprises, puis le concours de CPE. Première nomination comme conseiller d’éducation à La Ferté-Millon, en septembre1981.Titularisé, il restera pendant 22 ans au collège Jean-Mermoz de Laon. Il se passionne aussi pour l’archéologie. Un agriculteur de Goudelancourt-lès-Pierrepont, découvre un cimetière mérovingien des XIe et XIIe. Il est fait appel à des archéologues d’Amiens qui sont les copains de fac d’Alain. «De1981 à1987, on va fouiller bénévolement les 458 tombes de ce cimetière. On crée une association. Il nous est venu l’idée de trouver une salle pour y exposer les objets de nos fouilles.» Il rencontre Yves Daudigny (qui deviendra sénateur et président du Conseil général de l’Aisne) qui prend à cœur le projet de création d’un musée. Ce sera celui des Temps barbares. Le musée connaît un bon succès. «Puis on voudra proposer au public des reconstitutions grandeur nature d’habitat découvert dans une ferme mérovingienne que nous avions fouillée. Un peu le même principe qu’à Samara», explique Alain Nice. «L’idée de créer à Marle, un petit parc archéologique mais entièrement spécialisé sur l’époque mérovingienne.» L’ensemble est inauguré en1993 par Patrick Perin, conservateur du musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, spécialiste de l’archéologie mérovingienne. «On a mis sur pied une politique d’animation visant à faire revivre devant le public des personnages costumés. C’est ce qu’on a appelé les Journée mérovingiennes.» Puis ce sera la création d’un grand parc archéologique dévolu à l’époque mérovingienne sur quatre hectares, parc qui a été ouvert au public en2006. «Ce fut à cette occasion qu’on a lancé la première édition du festival international d’histoire vivante de Marle qui accueille des troupes de toute l’Europe.» La 7e édition verra le jour les 29 et 30juin prochains et aura pour thème l’armée romaine.

    Alain Nice n’arrête pas une seconde. Il est, de plus, historien et écrivain: en juillet2002, il publie un livre sur la tragédie de Tavaux; et en décembre2011, un remarquable ouvrage sur la résistance FTP dans l’Aisne, après notamment avoir recueilli les souvenirs du tout aussi remarquable Dédé Legrand, courageux résistant du groupe Stalingrad, de Beautor, dans l’Aisne. Et il fourmille de projets: écrire deux autres livres (sur le village de Brunehamel, près de Rozoy-sur-Serre, en mai1940; et sur les réseaux anglais dans l’Aisne pendant la guerre) et édifier un mémorial à Tavaux. Et qui d’autre qu’Alain Nice pour évoquer cette formidable «promenade» des Anglais dans notre région?

    PHILIPPE LACOCHE

     

     

    Dimanche d’enfance

    « L’archétype du lycée caserne décrit par Cabu »

    Un souvenir d’enfance? Celui qui, d’emblée, vient à l’esprit à l’esprit d’Alain Nice lui a donné l’envie d’écrire son livre Tavaux, 30-30août 1944, paru en2009. «Je me souviens des repas de famille? Nous étions neuf enfants. Mon père et un de mes oncles, Julien, militant communiste (qui avait fait des voyages d’étude en URSS et en Chine), mari d’une sœur de ma mère, discutaient. Il avait participé à la Libération de Paris. Il nous racontait les épisodes des barricades. On évoquait ce qui s’était passé à Tavaux le 30août1944.Le repas se terminait en chansons et mon oncle Julien chantait “La Butte rouge”. On chantait aussi “L’Internationale”.J’avais aussi deux autres oncles, de Bosmont, qui avaient eu maille à partir avec la gendarmerie vichyste pendant la guerre car ils avaient chanté “L’Internationale” sur la place du village.» L’histoire se termina bien: l’affaire fut classée sans suite. «Ils auraient pu être inquiétés car le PCF était interdit.» Autre souvenir: son arrivée au lycée de garçons de Laon, en septembre1963, comme interne. «Je débarquais de ma campagne profonde. C’était un beau dimanche d’automne. Ma famille m’avait emmené en voiture; je quittais le cocon de l’école primaire. Je me souviens des hauts murs. L’archétype du lycée caserne décrit par Cabu dans Le grand Duduche.»

     

    Bio express

    2 avril 1952 : naissance à Bosmont-sur-Serre.

    1963 : entrée en 6e comme interne au lycée de garçons de Laon (actuel collège Le Nain).

    Mai 1968 : début de son engagement politique à gauche.

    Septembre 1972 : entrée à l’université de Picardie, en faculté d’histoire, à Amiens. «Mes années militantes à l’extrême gauche pro chinoise.»

    1982 : prise en charge de la fouille du site archéologique de Goudelancourt-lès-Pierrepont, près de Marle, dans l’Aisne.

    1991 : ouverture du musée des Temps barbares de Marle.

    Juin 2006 : premier festival international d’histoire vivante de Marle.

    Décembre 2011 : parution de son livre La Guerre des partisans, sur les FTP de l’Aisne.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    • Odiot Gery

      Bonjour je suis le neveu d un grand résistant qui participa en autre au maquis de de Menevret. Par mon père j ai eu connaissance sur certaines actions de résistances de cet oncle que j ai pas connu ….
      Par la lecture du livre de “La guerre des partisans ” et dédicacé de la main de l auteur Mr Alain Nice ,j ai pu découvrir avec précision l essentiel des faits d armes de mon oncle Aimé Odiot “dit Lieutenant Aimé ” sous la résistance.
      encore merci à Monsieur Nice
      Géry Odiot

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Astérix, les nouveaux goodies

    Astérix a fait le buzz, avec l’annonce de la sortie prochaine de son nouvel ...

    Les héros de bande dessinée au miroir de l’Histoire

    De la fiction à la légende, mais en puisant dans l’Histoire, tels sont quelques ...

    Le retour des petits Oms

    Oms en série, tome 2: l’exom, Jean-David Morvan (scénario), d’après le roman de Stefan ...

    Le Grand prix de la critique 2012 à “Polina” de Bastien Vivès

    Le Grand Prix de la critique de BD 2012 a été décerné aujourd’hui au Français ...

    Mission accomplie pour les “Kamarades”

    Kamarades, tome 3: terre promise, Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin). ...

    Les “Lulus” de retour en dédicaces à Amiens

    Après une première séance, chez Bulle en Stock, les auteurs de la Guerre des ...