De quoi tourner Kazakh

    YERZHAN, t.1: fugitifs, de Régis Hautière et Efa, ed. Delcourt, 48 pages, 13,50 euros.

    Le toujours très productif Régis Hautière livre ici un nouveau thriller de (très légère) anticipation, après Vents contraires (dont le tome 2 est annoncé pour ce mois d’août). Après la Bretagne, direction le Kazakhstan et plus particulièrement la ville de Baïkonour (que le scénariste amiénois a déjà visité à travers La guerre secrète de l’espace). En cette année 2040, c’est devenu surtout une cité pénitenciaire russe, avec des militaires omniprésents craignant l’explosion d’un conflit politico-religieux islamiste.

    C’est dans cet univers sous tension et décrépit – bien rendu par le dessin semi-réaliste du dessinateur espagnol Efa – qu’un jeune homme, Yerzhan va se retrouver embarqué dans une aventure qui le dépasse, après avoir apporté son aide à un étrange prisonnier évadé du quartier de haute sécurité… Une jeune femme aussi mutique que redoutable et qui semble être un enjeu de toute première importance pour les forces d’occupation russes…

    Pour un premier tome, d’exposition, le rythme est déjà très vif et l’action halletante, portés par une narration d’une grande efficacité. Et d’autant plus efficace que le mystère reste largement entier à la fin de ces quarante-huit première planches. Bref, on a hâte d’en savoir plus.

    La planche 3 de ce premier tome : un islamiste, nos deux jeunes héros et le décor crépusculaire du cosmodrome de Baïkonour. Bienvenue dans le futur de "Yerzhan".

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un Florange passe

    Florange, une lutte d’aujourd’hui, Tristan Thil (scénario), Zoé Thouron (dessin). Editions Dargaud, 188 pages, ...

    Spa’cool ce qui arrive à Fraco

    Dessinateur amiénois, auteur notamment de la trilogie Dog Fights et, tout récemment, créateur du ...

    Notre Mère la Guerre : retour aux sources

    Notre-Mère la Guerre, troisième complainte, de Maël et Kris, éditions Futuropolis, 64 pages, 16 euros. ...

    On se met en quatre pour la Saint-Valentin

    Sacrifions à la tradition avec un petit florilège d’albums relativement récents sur l’amour, les ...

    La comtesse de Ségur séduit toujours

    Les petites filles modèles, Comtesse de Ségur, Sophie de La Villefromoit. Editions Seuil jeunesse,192 ...

    Ici, le temps s’écoule magnifiquement bien

    Ici, Richard Mc Guire. Editions Gallimard, 304 pages, 29 euros. Un lieu, en l’occurrence ...