Des souliers rouges comme le sang

    Souliers rouges_tome 2_couvLes souliers rouges, tome 2: l’albinos, Gérard Cousseau, Damien Cuvillier. Éditions Grand Angle, 48 pages, 13,90 euros.

    Dans ce coin de Bretagne, juin 1944 n’est toujours pas signe de libération. Les Allemands et la milice dirigée par le sadique Daiguer sont plus présents que jamais au village de Saint-Nicolas-du-Pélem.

    Lors de la fouille au corps, qui concluait le premier tome et s’annonçait dramatique, Jules et Georges s’en sortent grâce à un gros coup de chance. Mais le danger est toujours présent. Surtout quand un jeune officier allemand vient s’installer dans la maison et que l’ado et son ami russe aux souliers rouges décident de se soustraire à une nouvelle rafle, venue en représailles d’un autre attentat des résistants.  Début juillet, la violence atteint son paroxysme. Miliciens et soldats multiplient les représailles sanglantes, n’hésitant pas à torturer et fusiller femmes et enfants…

    Cette fois, la guerre s’est vraiment imposée. Avec tous ses crimes. Dans ce cadre, l’action et la description des horreurs commises prend le pas sur les portraits des personnages principaux, Jules et Georges. Ceux-ci subissent (et même tragiquement) les rebondissements de l’histoire. Et les aspects bucoliques du premier album s’effacent.

    Resserré dans le temps, le récit se centre sur les exactions commises à l’encontre des villageois. Le contraste est donc fort entre le beau dessin de Damien Cuvillier (qui fait songer à du Gibrat, et pas seulement parce qu’il est aussi question ici de personnages cachés dans un grenier), harmonieux et délicatement colorisé (toujours en couleurs directes) et l’atrocité de certaines scènes. Celles-ci sont décrites avec une telle violence qu’il est difficile de ne pas ressentir de la rage ou de la haine. Signe incontestable de la réussite de la narration. Qui plus est, les lourdeurs et préciosités dans les dialogues, qui plombaient un peu le tome 1, ont quasiment disparu.

    A la fin, un épilogue plus apaisé apporte une note poétique, jusqu’à une toute dernière case qui restitue toute la dimension de l’histoire: “L’homme ne meurt pas… Un jour, il cesser simplement de s’émerveiller.

    Soulier rouges_tome 2_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De l’autre côté des planches de BD

    Victor Walou coince la bulle, Vermine 01, éditions Pat à Pan, 48 pages, 12 ...

    Pourquoi tant de morts ?

    [media id=34 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Nouvelle guerre des mondes

    Le printemps humain, tome 1: Combattants, Hugues Micol. Editions Casterman, 56 pages, 14,50 euros. ...

    Astérix, les nouveaux goodies

    Astérix a fait le buzz, avec l’annonce de la sortie prochaine de son nouvel ...

    A la vie, à l’amour

      Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ...

    Camus, un homme révolté dans le siècle

    Camus, entre justice et mère, José Lenzini (scénario), Laurent Gnomi (dessin), Editions Soleil, 120 ...