Fastefoode, quand le mauvais goût est bon

    fastefoode_couvFastefoode, Jorge Bernstein (scénario), Pluttark (dessin). Editions Fluide glacial, 48 pages, 12 euros.

    Les lecteurs du Courrier picard avaient déjà eu droit à une mise en bouche durant l’été 2014. Et ceux de Fluide Glacial peuvent le déguster mensuellement. Mais voici le menu complet: 45 pages permettant de découvrir un nouveau géant, leader français de la restauration rapide: Fastefoode. La société s’engage ainsi à servir des produits de qualité, dans un strict respect des règles de sécurité alimentaire et dans le souci du bien-être animal et de l’épanouissement social des employés. Mais, dans la pratique, c’est un fast-food plutôt douteux qui se soucie peu de l’hygiène et d’environnement. Ici, c’est plutôt le règne de la malbouffe dans toute sa démesure: viande de chien, drogue GHB glissé dans le coca d’un petit couple d’amoureux, préservatifs en cadeau dans le menu enfants, humour bien gras et sexiste au comptoir et pratiques encore plus douteuses avec Roland en cuisine.
    Quant aux stages de formation mis en place par l’entreprise, ils ne remontent guère le niveau, ni les aventures de FasteMan, la mascotte ludo-éducative du restaurant…

    Composées de “3% de finesse et de bon goût, 0,2% d’humour québécois, 68% de blagues potaches, 84% de scatologie et 18% quand même de philosophie existentialiste” (selon le dossier de presse en forme d’emballage de hamburger), on peut voir dans ces planches-gag ou ces strips en trois cases, une parodie montrant par le biais d’un humour très salé (comme les frites vendues là) les conditions pitoyable de la restauration rapide en France. Mais c’est aussi un gros délire où le scénariste, Jorge Bernstein se lâche dans la plus grande exagération possible. De humour décalé et saignant illustré dans un style cartoon et coloré par Pluttark (alias Rudy Spiessert). Alors, bien sûr, ce n’est pas de la grande gastronomie, ça passe rapidement, mais on y prend vite goût.

    Avec Juliette Muraz

    fastefoode_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Poupoupidours, du grand spectacle !

    Poupoupidours,  Benjamin Chaud. Editions Hélium, 32 pages, 15,90 euros. Après Une Chanson d’Ours et ...

    Baffes & Furious

    Furious, Bryan J.L.Glass (scénariste), Victor Santos (dessin). Editions Glénat Comics, 144 pages, 14,95 euros. ...

    Come primé !

    Come prima, Alfred. Editions Delcourt, 25,50 euros, 226 pages. C’est donc le “meilleur album ...

    Costaud, l’atelier Mastodonte

    L’atelier Mastodonte, Alfred, Guillaume Bianco, Julien Neel, Cyril Pedrosa, Tébo, Lewis Trondheim, Yoann, éditions ...

    Pour ne pas oublier le sens du combat pour l’IVG

    Des salopes et des anges, de Florence Cestac et Tonino Benacquista, éditions Dargaud, 48 ...

    Tronchet retourne en enfance

    Sortie de route, Didier Tronchet. Editions Glénat, 88 pages, 19,50 euros. Proust avait sa ...