La bêtise nationaliste dans le texte en Flandre

    La querelle politique et linguistique s’insinue vraiment partout en Belgique. Parfois même jusqu’au détail absurde. Dernière “victime” en date, le dessinateur François Schuiten.

    la planche "censurée" par la N-VA au parlement flamand

    C’est le quotidien (flamand) De Standaard qui a révélé l’histoire, et notre confrère (wallon) Le Soir qui en donne l’explication en français, sous un rubriquage  “Crise politique”. Une affaire géniale (à sa façon), tellement absurde qu’on pourrait la croire issue de l’imagination d’un scénariste décrivant un univers totalitaire. Des pratiques bureaucratiques que l’on verraient même bien utilisées par quelques ronds-de-cuir des Cités obscures. Dans la réalité, c’est moins évocateur et moins drôle : le président du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA, “alliance néo-flamande” indépendantiste et de droite extrême) a fait effacer le texte d’un phylactère d’un dessin de François Schuiten exposé au parlement !

    La raison ? Le texte était écrit en français !

    Le porte-parole de Jan Peumans a jugé que cet effacement, dans le cadre de l’expo de planches originales “Strips in originelen” qui s’est ouverte ce jeudi 16 mai dans une salle du parlement (situé à Bruxelles), relevait de l’évidence: “Nous ne pouvions tout de même pas laisser un texte en français au parlement flamand.” Précisant même, avec une délicatesse très classe : “Le gouvernement flamand paie les commissaires de l’exposition 10.000 euros pour remplir leur rôle, est-ce trop demander de choisir une planche sans phylactère en français

    Extrait de l’album l’enfant penchée, le texte “subversif” était le suivant : “Axel, vous savez que je vous ai toujours soutenu, au point de me brouiller avec Chlowsky… Mais cette fois, permettez-moi d’insister !” … plutôt bien vu, finalement, vu le contexte.

    Interrogé par les médias belges, François Schuiten s’est dit choqué de la décision. “J’aurais compris qu’ils remplacent le texte en français par la version en flamand, qui existe, mais supprimer le texte, c’est extraordinairement choquant.” Autre attitude choquante des nationalistes flamands dans cette histoire, le nom même de Schuiten a été retiré de l’affiche et de l’invitation…

    Il fut un temps ou le surréalisme belge était quand même d’un niveau nettement supérieur. Là, c’est plutôt à Audiard qu’on penserait, lui qui avait bien noté (dans les Tontons flingueurs) que “Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît”

    Benoît Peeters (scénariste de l’enfant penchée et donc, à ce titre, vrai auteur du texte censuré) a pour sa part répondu de belle manière, en mettant sur les réseaux sociaux une autre image, très bien adaptée à la situation présente…

    La réponse de Benoît Peeters

    Pour sa part, le dessinateur Kamagurka (de son vrai nom Luc Zeebroek) a fait savoir qu’il retirait sa propre oeuvre de cette exposition. Et a tweeté :  “Ben het un Peu Beu Mans” (jeu de mot bilingue sur le nom du président du parlement, Jan Peumans, qui peut se traduire par : “j’en ai ‘un peu’ marre, mec”.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’art et la matière de Jirô Taniguchi

    L’art de Jirô Taniguchi. Editions Casterman, 128 pages, 35 euros. Inutile de présenter Jirô ...

    Le Marsupilami dévoilé

    A un mois approximativement de la sortie du film, très attendu, d’Alain Chabat, le ...

    Lettre de remerciements à Gilbert Fillinger

      «Amiens, le jeudi 5 avril 2012, 9h55.Cher Gilbert, Une fois n’est pas coutume. ...

    Jirô Taniguchi ne marchera plus

    Auteur de Quartier lointain, de l’homme qui marche ou du Sommet des Dieux, Jirô ...

    De nouvelles briques à l’édifice

    Des ventes estimables et des expos. Plus de six mois après sa sortie, De ...

    Gung Ho, nouvelle génération

    Gung Ho, tome 2 : court-circuit, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). ...