Fluide glacial se lance dans le Trafik en séries

    trafikLe F.I.S.T.,
    Terreur graphique (dessin), Jorge Bernstein (scénario).
    Ed. Fluide glacial,
    48 pages, 8 euros.

    Vaudevilles,
    Nicolas Pinet.
    Ed. Fluide glacial,
    48 pages, 8 euros.

    Les caniveaux de la gloire, Pixel vengeur (dessin), Monsieur le Chien (scénario). Ed. Fluide glacial, 64 pages, 8 euros.

    L’une de ces séries, au moins, ne sera pas inconnue des lecteurs du Courrier picard. Mais en cette mi-septembre, c’est la totalité de la première vague d’albums “Trafik” qui arrive. Cette nouvelle collection, sous couverture souple et à prix modique, ambitionne d’être “le repaire de la génération montante des auteurs les plus barrés“, qui repousseront “sans cesse les limites de l’umour et de la bandessinée“, sans “aucune autocensure, pas de limites, ni de politiquement correct”.
    Une “totale liberté de ton” qui s’incarne déjà dans le mini-site dédié, où les auteurs (Jorge Bernstein, Terreur Graphique, Monsieur le Chien, Pixel Vengeur et Nicolas Pinet) posent dans au look oscillant entre la mafia albanaise et la milice séparatiste du Donbass.

    FIST-caseOn les avait découvert, à travers quelques planches, fin août, dans les pages du cahier Eté du Courrier. On les retrouve avec grand plaisir en version complète !
    Issus de l’élite de la IVe République, les hommes du FIST (Fonds interministérial de la sauvegarde des traditions) emmené par Raoul Dumontier, réacs, racistes et archaïques au possible, sont le dernier atout pour sauver la France contemporaine de sa crise, de son avachissement et de la perte de ses repères. A défaut de remettre la France au travail, de vendre des centrales nucléaires aux Japonais, de bouter les fast-foods ou les produits asiatiques de nos assiettes, de relancer l’industrie du luxe ou d’obtenir le soutien du monde rural (initiatives toujours promises à un foirage intégral), le FIST réussit à redonner le sourire. Et le dessin de Terreur graphique apporte une vraie personnalité à cette chronique méta-politique hilarante.

    Caniveaux de la gloire“Petit nouveau” (chez Fluide), Nicolas Pinet, place ses “vaudevilles” sous les auspices de Shakespeare, faisant de son petit théâtre, le “miroir de la nature. Un style naïf et coloré, des traits simples, pour un univers bien déjanté et très divers, allant d’un reportage de fond sur les soirées trash des étudiants en médecine à un hommage à Toto (celui de la “tête à…) en comique national aux faux airs de Coluche, en passant par une longue histoire de “vengance” et quatre planches sur la sangria juste motivées par le jeu de mot final bien pourri !  Et son “mode d’emploi pour l’humour”, en ouverture, donne le ton parfaitement burlesque et décalé de l’album.

    VaudevillesDans Les caniveaux de la gloire, Pixel Vengeur (au dessin) et Monsieur le chien (au scénario) se montrent plus grinçants. Mais non moins drôles, à leur façon, qu’il s’agisse de l’adoption d’une petite cambodgienne unijambiste, de vacances discount en Bretagne, d’une tentative de vidéo “cute” de chaton pour mettre sur internet ou d’un mariage elfique à Saint-Dizier, le duo transcende la médiocrité quotidienne dans un (mauvais) esprit qui rappelle les débuts du Tronchet des Damnés de la terre. Les histoires sont courtes, mais les univers bien denses (et bien plombés, aussi). Mention particulière aux aventures des “rôlistes”, entre délires fiévreux d’un geek cancéreux ou kidnapping spatial, où Pixel Vengeur déploie particulièrement bien son dessin de l’univers de StarWars dans un hôpital de province.

    Bref, trois styles pour cet humour d’un nouveau genre que Yan Lindingre, rédac chef de Fluide glacial entend insuffler dans son magazine, comme il nous le disait voilà peu.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une fantaisie très souriante

    Astrid Bromure, tome 1: comment dézinguer la Petite souris, Fabrice Parme. Editions Rue de ...

    De la Suite dans les idées

    La suite de Skolem, tome 1: Apparitions, Marek (dessin), Jean-François Kierzkowski (scénario). Editions Pirates, ...

    Patrick Prugne et ses Iroquois aux sources de l’Amérique

    Iroquois, Patrick Prugne. Editions Daniel Maghen, 104 pages, 19,50 euros. Deux ans après Pawnee, ...

    Lapinot, zombies et religions

     Les nouvelles aventures de Lapinot, tome 3: Prosélytisme et morts vivants. Lewis Trondheim, Editions ...

    Attention : chef-d’œuvre !

    Avec « Livre pour adultes », Benoît Duteurtre propose le livre le plus touchant de la ...