François doit encore se faire un nom

    François sans nom, tome 1: le sculpteur et la voleuse, Sylvain Ricard, Sylvain Runberg, Marci Bianchini, Coll. Quadrants, éditions soleil, 48 pages, 13,95 euros.

    Vers 1465, pendant le siècle de Louis XI, juste après la guerre de Cent ans, quelque part en France. Une petite voleuse croise la route de “François sans nom”, un “routard”, arpenteur de sentier aux origines cachées, pour un temps hebergé par un sculpteur. Peut-être s’agit-il de François Villon, le sulfureux poète, compagnon de route de la bande de truands des coquillards, à qui l’évêque d’Orléans, Thibaut d’Aussigny voue une haine farouche. Or, justement, l’évêque arrive dans le village où réside François.

    Au fil de ce premier album, on n’en saura guère plus sur le passé du ténébreux héros balafré, sinon que des signes récurrents semblent bien en faire le poète maudit légendaire.
    François de Montcorbierque chanta si bien Brassens – auteur français le plus connu du Moyen-Age, à l’existence cahotique, arrêté et proscrit à plusieurs reprises. De cette vie d’errance, on n’en apprendra guère non plus dans François sans nom (dans un prochain tome, peut-être ?), surtout tourné vers l’action, dans un style réaliste plutôt banal et qui n’enthousiasme pas vraiment non plus par sa mise en couleur, trop tranchée.
    De fait, l’album vaut moins pour son intrigue et ses personnages, pour l’instant, que pour sa peinture violente et brutale de la France du XVe siècle. On fera quand même un bout de chemin avec ce François, au moins jusqu’au tome 2…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Zep au musée de Lille et dans le Courrier picard

    Le Courrier picard met l’accent, décidément, ce 2 avril, sur les auteurs de bande ...

    Bande photographiée

    14 des 18 auteurs de l’album collectif La Crise, quelle crise ? sont à ...

    La poudre blanche m’inspire et me rend nostalgique

    Je suis partout, lectrice. Non pas, lectrice fessue et anxieuse, que j’aie rejoint, par ...

    Jean-Claude Michaux, mi-bête, jamais tiède

    Jean-Claude Michaux propose «Alphabêtes», des poèmes consacrés aux animaux. C’est succulent! On connaissait Henri; ...

    Taniguchi, l’homme qui marche… à Paris ?

    Jirô Taniguchi rêve de dessiner un manga en flânant dans les rues de Paris. ...

    La Guerre d’Algérie racontée dans toutes ses dimensions

    Histoire dessinée de la Guerre d’Algérie, Benjamin Stora (scénario), Sébastien Vaissant (dessin). Editions Seuil, ...