Gung Ho, nouvelle génération

    Gung Ho_tome 2_couvGung Ho, tome 2 : court-circuit, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). Editions Paquet, 80 pages, 15 euros.

    “Gung Ho”, comme le précise une phrase placée en exergue de l’album, est “un cri que l’on pousse pour se donner du courage” et, par extension, une “tête brûlée, une personne téméraire”. C’est bien le cas de Zack et Archer Goodwoody. Dans ce futur post-apocalyptique, ou l’humanité s’est disloquée en petites communautés surarmées après avoir été victime d’une catastrophe environnementale et d’agressions violentes, les deux frères continuent leur intégration dans la colonie de Fort Apache, à la frontière du territoire hostile. On connaît mieux, désormais, la nature de cette “plaie blanche” qui a accablé l’humanité. Il s’agit de bandes de de primates blancs à nez rouges, agressifs et audacieux, les “rippers”. Mais d’autres menaces apparaissent. Et si le danger est à l’extérieur des murs, il en est d’autres, internes à la cité, avec les rivalités adolescentes entre Zack et Holden, petit blond chef de la bande locale. Un conflit exacerbé par l’arrivée de Yuki, la fille du nouveau maître en arts martiaux, et par quelques jalousies amoureuses…

    En un album, Gung Ho a su générer un lot conséquent de fans. Et ce deuxième volet ne devrait pas en diminuer le succès.
    La série, due à deux auteurs allemands passablement inconnus jusqu’alors, envoûte déjà, bien sûr, par son dessin numérique coloré et profond, sans encrage mais avec une texture particulièrement travaillée, qui lui donne un relief fantastique. Et le dynamisme très cinématographique du découpage laisse parfois l’impression que les cases s’animent comme dans le film d’animation qu’il pourrait être.

    Mais ce deuxième volet happe aussi par son intrigue. Les personnages se complexifient un peu et se découvrent, la nature de l’adversaire se dévoile pour mieux s’obscurcir de nouveau. Et le récit mêle tout à fait bien le climat “survival post-apo” et les histoires d’adolescents plus ou moins rebelles.

    Gung Ho_tome 2_planche2

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De Byrne à Mondrian (et retour): l’art et la matière

    Le courant d’art: de Byrne à Mondrian / de Mondrian à Byrne, Frédéric Bézian. ...

    Chronique d’une liquidation pas si ordinaire

    Johnson m’a tuer, Louis Theillier, éditions Futuropolis, 96 pages, 18 euros. Avant, les conflits ...

    En couleurs mais toujours noir

    Black Dog, Jean-Claude Götting (scénario), Jacques Loustal (dessin). Editions Casterman, 88 pages, 18 euros. ...

    Boule à zéro, la mort sans frousse

    Boule à zéro, tome 4 : madame la mort, Zidrou (scénariste), Serge Ernst (dessin). ...

    “Siné mensuel” toujours là !

    Siné Mensuel vient de sortir son numéro de décembre. Joyeux Noël (ou presque) ! ...

    Ils ont compris la BD numérique, le Courrier picard le raconte

    Dans le Courrier picard, ce dimanche 16 février, une évocation de la BD numérique ...