HSE, la vie par dessus le marché

    HSE (human stock exchange), tome 2, XavierDorison, Thomas Allart, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

    Dans ce futur proche, imaginé par Dorison et mis en scène par Allart, on le sait désormais: tout a un prix, même la vie humaine, coté en bourse, au Human Stock Exchange. Mais, comme pour les autres marchés, personne n’est à l’abri d’un krach ou de craquer…

    Dans ce deuxième tome, la vie de Félix Fox, petit vendeur de voitures devenu une valeur montante du HSE, a bien changé. Après avoir réussi, par ruse, à prendre la place d’une vedette du marché, il pense pouvoir savourer sa réussite sociale. Mais celle-ci à un coût. Ce sont désormais ses actionnaires qui régissent sa vie et qui vont lui imposer des contraintes sévères, dans ces développements les plus intimes de son existence. De quoi l’entraîner dans un engrenage infernal et le laisser, à la dernière planche, tout près de la rupture…

    Après avoir – très bien – posé le contexte de cette financiarisation ultime de la société (et pas si incroyable, en plus), Dorison et Allart se centrent plus, dans ce deuxième volet, sur la vie de leur héros. On perd en “anticipation économique” ce qu’on gagne en psychologie des personnages. Et si cet album n’apporte pas de développements nouveaux à la trame de l’histoire, il lui donne une dramaturgie forte pour la suite. A la différence de Félix Fox, la série, elle, ne décroche pas. Et elle se paie une nouvelle couverture, plus élégante et graphique.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La terrible beauté de Tchernobyl

    Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel Lepage. Editions Futuropolis, 168 pages, 24,50 euros. Au printemps ...

    Le 32e BD Boum à Blois, c’est parti

    Le festival BD Boum, à Blois, se tient bien ce week-end. Avec à l’honneur ...

    Bons Sauvages de Mélanie Rutten

    Les Sauvages, Mélanie Rutten, éditions MeMo, 40 pages, 14,50 euros. Lorsqu’on connaît le travail ...

    “Jojo” est orphelin

     André Geerts, le père  « Jojo » et de «   Mademoiselle Louise » est ...

    Le feu retombe pour Koralovski

    Koralovski, tome 3: des horizons de feu. Philippe Gauckler. Editions du Lombard, 48 pages, ...

    Une histoire qui tourne bien

    Le pendule de Foucault, Convard, Adam, Vignaux, éditions Glénat, 48 pages 13,90 euros. Après ...